L'huile de soja favoriserait les risques d'obésité et de diabète

Prise de poids et lésions au foie

L'huile de soja favoriserait les risques d'obésité et de diabète

Publié le :

Vendredi 24 Juillet 2015 - 14:52

Mise à jour :

Vendredi 24 Juillet 2015 - 15:28
Alors qu'aujourd'hui l'huile de soja représente 60% de l'huile consommée aux Etats-Unis, elle favoriserait en fait la prise de poids et le risque de développer un diabète de type-2, selon une étude réalisée par des chercheurs américains.
©Tony Alter/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Alors que l'huile végétale de soja est de plus en plus populaire chez les consommateurs qui cherchent à éviter les huiles riches en graisses saturées, elle favoriserait en fait la prise de poids et le risque de développer un diabète de type-2. C'est le résultat inattendu d'une étude américaine publiée mercredi 22 dans la revue scientifique Plos One.  

Inquiets par l'obésité grandissante aux Etats-Unis (27,7% d'adultes obèses en 2014, selon l'Institut Gallup), des chercheurs de l'Université de Californie ont voulu déterminer quel nutriment était le plus dangereux pour l'obésité et le risque de développer un diabète de type-2 entre le fructose, l'huile de noix de coco et l'huile de soja. Riche en acide gras essentiels, cette dernière représente désormais 60% de l'huile consommée aux Etats-Unis.  

Ils ont donc nourri quatre groupes de souris avec un régime différent mais contenant à chaque fois le même nombre de calories. Le premier a reçu une alimentation riche en graisses, avec une majorité d'huile de noix de coco (qui contient des acides gras saturés) tandis que le deuxième a été nourri de la même façon à la différence près que la moitié de l'huile de coco a été remplacée par de l'huile de soja (qui contient, elle, des acides gras polyinsaturés). Les deux derniers régimes contenaient, quant à eux, du fructose enrichi.

Conclusion: les souris qui ont consommé de l'huile de soja présentaient un grain de poids de 25% par rapport à celles qui avaient été nourries à base d'huile de coco et de 9% par rapport à celles des deux autres groupes. Qui plus est, elles souffraient également des dommages au niveau du foie, avec des signes de lésions hépatiques, du diabète et une résistance à l'insuline, soit tous les signes du syndrome métabolique.

Le fructose, quant à lui, présenterait des risques pour les reins et favoriserait également la prise de poids par rapport à l'huile de noix de coco. En effet, les souris qui avaient suivi les régimes au fructose enrichi enregistraient une hausse de 12% de poids par rapport à celles nourries à base d'huile de coco. 

 

 

En 2014, les Etats-Unis comptaient 27,7% d'adultes obèses, selon l'Institut Gallup.

Commentaires

-