Cancer du pénis: un quart des patients refuse l'amputation

Traitement

Cancer du pénis: un quart des patients refuse l'amputation

Publié le :

Lundi 19 Mars 2018 - 16:15

Mise à jour :

Lundi 19 Mars 2018 - 16:24
Une étude récente, dont les résultats ont été révélés lors du Congrès annuel de l'association européenne d'urologie, affirme qu'un quart des hommes atteints d'un cancer du pénis refuse l'amputation. Qui double pourtant les chances de guérison.
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

De tous les cancers qui existent, celui du pénis est l'un des plus rares. Il atteint un homme sur 100.000. Mais l'Europe connaît depuis quelques années une recrudescence de cas. Par exemple, en Grande-Bretagne, il y a eu une augmentation de 21% du nombre de malades sur les trois dernières décennies.

Face à cette maladie, le traitement le plus efficace est, selon des spécialistes internationaux en urologie, l'ablation totale ou partielle de la verge du patient atteint.

Mais des chercheurs européens ont révélé ces derniers jours, lors du 33e Congrès annuel de l'association européenne d'urologie (qui se tient à Copenhague au Danemark jusqu'au 20 mars), qu'un patient sur quatre refuse de se faire amputer.

Lire aussi: la troisième greffe de pénis au monde réussie en Afrique du Sud

Ce groupement de chercheurs a enquêté sur 425 dossiers de patients qui avaient été traités (avec ou sans succès) pour un cancer du pénis entre 2010 et 2016.

Ce qui ressort le plus, c'est que la procédure chirurgicale est perçue comme plus douloureuse ou tout simplement "pire que la maladie" en elle-même, selon l'association Americain Cancer Society (aux nouveaux cas Etats-Unis 2.320 surviennent chaque année).

Mais les scientifiques ont fait un autre constat: l'ablation du pénis est souvent refusée par manque d'information. Dans la moitié des cas, les médecins ne proposent même pas l'opération. Et il y a aussi un manque de spécialistes capables de procéder à l'intervention chirurgicale.

Au Royaume-Uni, par exemple, seuls dix établissements de santé sont spécialisés dans le traitement du cancer du pénis.

Près de 25% des hommes atteints par un cancer du pénis n'acceptent pas l'ablation partielle ou totale de leur verge.

Commentaires

-