Cas d'anesthésies mortelles: mise en garde sur l'utilisation du propofol

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Cas d'anesthésies mortelles: mise en garde sur l'utilisation du propofol

Publié le 26/09/2018 à 18:53 - Mise à jour à 19:01
© ERIC FEFERBERG / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux femmes sont mortes en France des suites du "syndrome de perfusion du propofol", un agent anesthésiant, en moins d'un mois. Si les décès de ce type sont très rares, l'Agence de sécurité du médicament a pris soin de rappeler ce mercredi les risques et les bonnes pratiques en la matière aux anesthésistes-réanimateurs.

Les anesthésies générales présentent toujours un risque pour le patient. Mais les cas de décès restent extrêmement rares. Deux patientes ont pourtant trouvé la mort en mois d'un mois dans un service de réanimation, des suites du "syndrome de perfusion du propofol".

Si cette proximité, qui peut relever de la coïncidence, ne remet pas en cause l'usage de cet anesthésiant, l'Agence nationale de sûreté du médicament et des produits de santé (ANSM) a tout de même décidé de publier ce mercredi 26 un "point d'information" sur son usage à destination des anesthésistes-réanimateurs.

Le propofol est un agent anesthésique intraveineux utilisé dans divers cas. Chez certains patients, son utilisation pour la sédation en soins intensifs "peut être associée à un ensemble de troubles métaboliques et de défaillances organiques", rappelle l'ANSM. Les risques sont faibles mais le nombre de problèmes pouvant survenir est conséquent.

Voir: Paracétamol: l'ANSM met en garde contre ses dangers

Par ailleurs, les deux patientes décédées présentaient tous les deux des facteurs de risque. L'une était âgée de moins de 16 ans, alors que l'utilisation du propofol est, chez les plus jeunes, contre-indiquée pour la sédation continue en unité de soins Intensifs. L'ANSM évoque également le fait que ces patientes étaient "neurolésées" ou l'administration prolongée de ce produit à forte dose et associée à un autre médicament.

"Le diagnostic du syndrome de perfusion du propofol peut être parfois difficile à évoquer, d’autant plus que les données de la littérature montrent que ce syndrome peut également être observé lors d’un usage de propofol sur une courte durée y compris lors d’anesthésies de quelques heures", précise également l'ANSM. "Face à la suspicion d’un syndrome de perfusion du propofol, il est nécessaire d’arrêter le propofol dès que possible et utiliser un autre traitement sédatif", rappelle-t-elle.

Lire aussi:

Valsartan: après les risques de cancer, la crainte d'une pénurie

Médicament Androcur: l'ANSM alerte sur les risques de tumeur

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Deux cas d’anesthésies mortelles dus au "syndrome de perfusion du propofol"ont été recensé en un mois.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-