Grève des routiers et pénurie de carburant: plus de 250 stations-service touchées (carte)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Grève des routiers et pénurie de carburant: plus de 250 stations-service touchées (carte)

Publié le 26/09/2017 à 07:50 - Mise à jour à 07:54
©Boris Horvat/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La pénurie de carburant se faisait sentir ce mardi matin notamment en Ile-de-France et dans le nord-ouest, suite à la grève des routiers qui entamaient son deuxième jour de blocages. Mais avec une mobilisation moyenne et la levée de certains barrages, la gravité de la situation restait à relativiser à l'échelle nationale.

Les routiers ont repris les blocages ce mardi 26 pour le deuxième jour de grève contre la réforme du code du travail, à l'appel de la CGT et FO. Si la mobilisation reste modérée et que les forces de l'ordre sont intervenues lundi 25 pour faire lever les barrages aux alentours de plusieurs dépôts de carburant, plusieurs centaines de stations-service étaient touchées dans la matinée.

Selon le site Mon-essence.fr, 252 stations étaient en état de rupture partielle (au moins un type de carburant indisponible) tandis que 152 étaient en rupture totale. La carte proposée par le site montre d'ailleurs que ce sont essentiellement celles d'Ile-de-France et du quart nord-ouest de la France qui sont concernées.

 

Si la situation peut donc apparaître tendue pour de nombreux automobilistes, le risque de pénurie à l'échelle nationale semble à relativiser, du moins pour l'instant. A titre de comparaison, lors des grèves dans les raffineries de mai 2016, jusqu'à 1.500 stations-service avaient été concernées par la pénurie.

Ainsi, lundi à la mi-journée, le ministère des Transports évoquait un approvisionnement "normal" des stations-services et "la quasi-totalité" des dépôts de carburants "libres d'accès".

Pour faciliter les approvisionnements, le gouvernement a publié samedi un arrêté autorisant les transporteurs d'hydrocarbures à déroger temporairement aux règles en matière de temps de conduite et de repos.

"Le blocage ce n'est pas une méthode, la bonne méthode, c'est le dialogue", a déclaré sur BFM TV la ministre des Transports Elisabeth Borne en invitant les syndicats des transports routiers et les organisations patronales à une réunion jeudi à son ministère.

"Le gouvernement choisit la matraque plutôt que le dialogue", avait dit un peu plus tôt sur RTL le numéro un de la CGT-Transports, Jérôme Vérité.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Plus de 150 stations-service étaient en pénurie totale de carburant ce mardi matin.

Annonces immobilières

Newsletter





Commentaires

-