Les éleveurs manifesteront le 10 juin contre "la malbouffe importée"

Les éleveurs manifesteront le 10 juin contre "la malbouffe importée"

Publié le 04/06/2018 à 17:46 - Mise à jour à 17:48
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Le 10 juin, les éleveurs français manifesteront contre les accords commerciaux internationaux et la "malbouffe importée", aux côtés des agriculteurs de la FNSEA qui appellent ce jour-là à des blocages de raffineries.

La Fédération nationale bovine (FNB), branche de la FNSEA qui réunit les éleveurs de bovins destinés au marché de la viande, a appelé lundi ses adhérents à "dénoncer l'attitude incohérente de la France en matière de politique agricole et dire stop à la course effrénée à l'importation massive de malbouffe dans laquelle elle s'est engagée".

Avec l'accord du CETA avec le Canada entré en application en 2017, l'Europe a accepté d'importer "à droits de douane nuls 65.000 tonnes de viandes bovines, issues d'animaux produits selon des méthodes proscrites en Europe, avec antibiotiques comme activateurs de croissance, au sein de +fermes+ contenant 24.000 animaux en moyenne", souligne la FNB.

"Ensuite, c'est un accord modernisé avec le Mexique, portant sur l'ouverture du marché communautaire à 20.000 tonnes de viandes jusqu'alors interdites au sein de l'UE pour raisons sanitaires, qui a été conclu en mai".

"Et ce sont encore deux nouveaux accords avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, classés parmi les principaux producteurs mondiaux de viandes bovines à bas coût, que la Commission européenne négocie officiellement" depuis le +feu vert+ donné par les Etats membres le 22 mai dernier, dont la France.

Les discussions avec la Nouvelle Zélande et l'Australie posent aussi problème aux éleveurs ovins de la Fédération nationale ovine (FNO), qui craignent une "destabilisation du marché intérieur français de la viande ovine" provoquée par des importations supplémentaires.

Ils demandent que la viande ovine soit inscrite comme "produit sensible" dans le cadre des négociations commerciales avec l'Océanie, et qu'aucun accord ne soit conclu avant la fin de la négociation du Brexit.

En parallèle, la FNSEA a annoncé la semaine dernière un blocage de raffineries à partir du 10 juin en France en réation à la hausse attendue des importations d'huile de palme pour alimenter la bioraffinerie de la Mède (Bouches-du-Rhône) de Total.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, au congrès de Tours, le 29 mars 2018

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-