Élection législative partielle sous tension à Mayotte

Élection législative partielle sous tension à Mayotte

Publié le 18/03/2018 à 04:44 - Mise à jour à 09:06
© Ornella LAMBERTI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Cécile AZZARO - Mamoudzou (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Une partie des Mahorais sont appelés aux urnes ce dimanche pour une élection législative partielle organisée dans un contexte de forte crise sociale qui paralyse l'île depuis près d'un mois.

La plupart des élus et les organisateurs du mouvement ont demandé samedi le report du scrutin mais le préfet de Mayotte Frédéric Veau leur a opposé une fin de non-recevoir.

"Mayotte, c'est la République, la République, c'est la démocratie, la démocratie, ce sont les citoyens qui s'expriment dans les urnes", a-t-il dit, assurant que "l’État prendra toutes les dispositions pour assurer le bon déroulement du scrutin".

Seul le maire de Mamoudzou, le chef-lieu, s'est désolidarisé de cette demande de report.

Outre les difficultés que pourraient rencontrer certains électeurs pour accéder aux bureaux de vote en raison des barrages qui bloquent les points stratégiques de l'île, les élus ont fait valoir, par la voix de leur porte-parole Mohamed Bacar, maire de Tsingoni, que "même si les mairies sont ouvertes, il n'y a pas de garantie que les conditions de sécurité soient réunies".

M. Bacar a également fait part d'un problème de campagne électorale pour les huit candidats qui "n'ont pas pu voir leurs électeurs". Ce qu'a confirmé l'un d'eux à l'AFP, Boina Dinouraini (DVG): "On ne circule pas, on ne peut pas faire campagne".

Prenant acte de la décision du préfet, le porte-parole des élus prédit déjà "une cascade" de recours après l'élection.

Un porte-parole du mouvement social, Salim Nahouda, a lui appelé la population à boycotter le scrutin, ce que plusieurs Mahorais envisageaient de faire, à l'instar de Marie Elna, une enseignante gréviste.

"Je ne vais pas aller aux urnes. Tout simplement je suis manifestante donc demain je ne vote pas. Je vote pas parce que ce serait être contre les autres", a-t-elle expliqué à l'AFP. "A l'heure actuelle, avec tout ce qui se passe à Mayotte, on n'a pas la tête à aller voter".

- Soutien inédit du FN au candidat LR -

Ahamada Haribou, directeur général adjoint des services à la mairie de Mamoudzou, prévoit un taux de participation très faible, rappelant que, lors des élections précédentes, "même sans les barrages, le taux de participation était assez faible", autour de "46%". Il souligne que "beaucoup d’électeurs votent à Mamoudzou mais habitent hors Mamoudzou. Ils n'ont pas la possibilité à ce jour de se déplacer librement pour pouvoir venir voter".

Dans ce contexte particulier, les électeurs devront choisir entre huit candidats pour le siège de la première circonscription, dont les deux finalistes de juin. Ramlati Ali, devenue la première femme mahoraise députée, avait alors été élue sous l'étiquette PS avant de siéger au groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Son élection a été annulée le 19 janvier après un recours de son opposant, l'avocat Elad Chakrina (LR), le Conseil constitutionnel ayant considéré que, eu égard au "faible écart de voix" entre eux, "la sincérité du scrutin (avait) été altérée".

Mme Ali a été mise en examen le 14 février pour complicité de fraude électorale dans une affaire de procurations litigieuses lors du précédent scrutin. Ayant fait appel de cette décision, elle se représente sans étiquette.

La surprise est venue mercredi de la présidente du Front national Marine le Pen, qui a appelé à voter pour le candidat LR, démarche inédite pour le parti d'extrême droite. Les Républicains se sont désolidarisés de ce soutien.

"Je tiens à préciser que je ne partage pas les idées du Front national (...) Je note juste que Mme Le Pen fait le constat de ce qui se passe à Mayotte", a déclaré Elad Chakrina, interrogé vendredi par l'AFP.

Parmi les autres candidats figurent Bacar Ali Boto (centre gauche), premier adjoint au maire de Mamoudzou, Daniel Zaidani, ancien président du Conseil général, mis en examen en février 2017 pour détournement présumé de fonds publics dans l'exercice de ses fonctions, ou encore Abdullah Mikidadi (LFI).

Auteur(s): Par Cécile AZZARO - Mamoudzou (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une partie des Mahorais sont appelés aux urnes ce dimanche pour une élection législative partielle organisée dans un contexte de forte crise sociale qui paralyse l'île depuis près d'un mois.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-