Un corps repéré dans l'épave de l'avion transportant le footballeur Sala

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un corps repéré dans l'épave de l'avion transportant le footballeur Sala

Publié le 03/02/2019 à 23:47 - Mise à jour le 04/02/2019 à 15:00
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Martine PAUWELS - Londres (AFP)
-A +A

Des images vidéo ont permis de repérer un corps dans l'épave de l'avion transportant le footballeur italo-argentin Emiliano Sala et le pilote britannique David Ibbotson qui s'est abîmé dans la Manche, a annoncé lundi le Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB).

Près de deux semaines après sa disparition, l'épave avait été détectée dimanche matin par un navire équipé de sonars, le FPV Morven. Ce bateau avait été déployé par la société Blue Water Recoveries, mandatée par la famille d'Emiliano Sana pour mener des recherches.

Les enquêteurs de l'AAIB, qui menaient leurs propres recherches, ont déployé un bateau, le Geo Ocean III, et utilisé un véhicule sous-marin télécommandé (ROV, Remotely Operated Vehicle) pour explorer les fonds marins.

Les images ont montré qu'"un occupant est visible dans l'épave", a indiqué l'AAIB dans un communiqué.

"L'image montre le côté arrière gauche du fuselage, y compris une partie de l'immatriculation de l'aéronef", a-t-il précisé. Tweetée par l'AAIB, l'image indique une profondeur de 67,7 mètres.

L'épave avait été détectée peu de temps après le début des recherches menées conjointement par l'AAIB et les enquêteurs privés de la société Blue Water Recoveries dimanche matin.

Une fois l'appareil repéré par le FPV Morven, les enquêteurs de l'AAIB "ont plongé avec leur véhicule télécommandé, un submersible muni de caméras et de lumières et ils ont confirmé que c'était bien l'avion. Ils ont vu le numéro d'immatriculation", a expliqué David Mearns, dirigeant de la société Blue Water Recoveries, lundi matin à la BBC.

"A notre plus grande surprise, la plus grande partie de l'avion était là", a ajouté M. Mearns.

Emiliano Sala, 28 ans, et David Ibbotson, son pilote de 59 ans, voyageaient à bord d'un monomoteur Piper Malibu qui a disparu des radars le soir du 21 janvier au-dessus de la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey.

Les deux hommes étaient partis de Nantes (ouest de la France), où l'attaquant évoluait jusque-là, et devaient rejoindre Cardiff (pays de Galles), ville du club où il venait d'être transféré contre une somme estimée par la presse à 17 millions d'euros, un record pour le club gallois.

- "Mauvais rêve" -

Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait indiqué que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5.000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2.300 pieds avant de disparaître des radars.

"Je ne peux pas y croire, c'est un rêve, un mauvais rêve", avait déclaré dimanche Horacio Sala, le père du footballeur, à la télévision argentine, réagissant à la nouvelle de la découverte de l'épave.

Le 26 janvier, la famille d'Emiliano Sala avait annoncé qu'elle allait poursuivre les recherches pour tenter de le retrouver grâce aux fonds récoltés par une cagnotte en ligne, après l'arrêt deux jours plus tôt des opérations de secours coordonnées par la police de Guernesey.

La police jugeait "infimes" les chances de survie du joueur et de son pilote.

La famille avait reçu le soutien de plusieurs joueurs, dont les internationaux argentins Lionel Messi, Gonzalo Higuain et Nicolas Otamendi.

Des débris de deux sièges provenant "probablement" de l'avion disparu avaient déjà été retrouvés en début de semaine dernière sur une plage de la commune française de Surtainville, dans le département de la Manche (nord-ouest).

L'AAIB a dit "étudier maintenant les prochaines étapes, en consultation avec les familles du pilote et des passagers, ainsi que la police."

"Tant qu'on n'aura pas remonté l'épave on aura du mal à savoir ce qui s'est passé exactement", a expliqué Jean-Paul Troadec, ex-président du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile, interviewé sur RTL. Une fois remontée, les enquêteurs devraient "examiner l'état des débris, la façon dont l'avion a pu percuter la mer et l'examen des systèmes techniques de l'avion pour vérifier s'il y a eu ou non un problème technique à l'origine de cet accident".

Auteur(s): Par Martine PAUWELS - Londres (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Près de deux semaines après sa disparition, l'avion qui transportait le footballeur argentin Emiliano Sala et son pilote a été retrouvé au fond de la Manche.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-