LCP: la journaliste qui a porté plainte pour agression sexuelle démissionne

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

LCP: la journaliste qui a porté plainte pour agression sexuelle démissionne

Publié le 18/02/2018 à 14:44 - Mise à jour à 18:00
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

La journaliste de LCP Astrid de Villaines, qui a déposé une plainte pour agression sexuelle contre l'animateur vedette de la chaîne parlementaire Frédéric Haziza, a démissionné, pour travailler dans un autre média, a-t-elle indiqué à l'AFP, confirmant une information de la Lettre de l'audiovisuel.

La journaliste a présenté sa démission vendredi, faute d'obtenir une rupture conventionnelle après sept ans passés à LCP. "J'aurais préféré partir dans d'autres circonstances, mais le contexte était trop pesant" a affirmé la journaliste.

La direction de la chaîne a confirmé dimanche à l'AFP qu'Astrid de Villaines avait demandé une rupture conventionnelle, "mais qu'elle ne pouvait être accordée en l'absence de situation conflictuelle entre la direction et la salariée". LCP ne souhaitait pas le départ d'Astrid de Villaines, a aussi affirmé la direction.

Selon la journaliste, son départ est lié à la réintégration de Frédéric Haziza, mais aussi à la proposition qui lui a été faite par une autre rédaction. "C'est pour un contrat très court et rien n'est signé", a-t-elle précisé, sans vouloir donner le nom du média.

Frédéric Haziza, suspendu en novembre après le dépôt de plainte d'Astrid de Villaines pour une agression sexuelle survenue en 2014, a été réintégré début janvier. Cette décision a suscité la colère d'une partie de la rédaction, qui avait voté une motion de défiance à l'encontre des dirigeants de la chaîne, Marie-Eve Malouines et Eric Moniot.

La direction avait justifié cette réintégration par le fait qu'une enquête interne avait conclu que, depuis la sanction reçue en 2014 (un avertissement), Frédéric Haziza n'avait pas eu de comportements inappropriés.

La Société des journalistes (SDJ) avait de son côté contesté les conclusions du rapport d'enquête, qu'elle estimait tronqué. Elle avait également regretté le "climat délétère" et "la souffrance au travail qui règnent au sein de la chaîne", dénonçant "certaines déclarations mensongères de la présidente, voire tentatives d'intimidation". Des points démentis par Marie-Eve Malouines.

Dans sa plainte, Astrid de Villaines indique que Frédéric Haziza lui a "pincé la fesse gauche" après lui avoir bloqué le passage dans les bureaux de la chaîne.

C'est la libération de la parole des femmes, consécutive au mouvement #Metoo et à l'affaire Weinstein, qui l'a décidée à porter l'affaire au pénal, a-t-elle expliqué à l'AFP. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris.

Candidate à sa propre succession à la tête de la chaîne parlementaire, Marie-Eve Malouines s'est défendue devant les députés en début de semaine dernière : "Je me représente quand même, parce que cette campagne qui me cible n'a rien à voir avec la réalité", a-t-elle assuré.

Alors que son mandat s'achève en juin, deux autres candidats sont en lice, les journalistes Bertrand Delais et Thierry Guerrier. C'est le président de l'Assemblée nationale François de Rugy qui décidera en mars.

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Séance de questions au gouvernement, le 8 novembre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-