Le cannabis séduit moins les jeunes de 17 ans, selon une étude

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le cannabis séduit moins les jeunes de 17 ans, selon une étude

Publié le 06/02/2018 à 11:03 - Mise à jour à 16:02
© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Moins de quatre jeunes de 17 ans sur dix affirment avoir déjà fumé du cannabis en 2017, soit le niveau de consommation le plus bas enregistré par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) depuis 2000, selon une étude publiée mardi et consultée par l'AFP.

Selon la 9e étude Escapad (Enquête sur la santé et les consommations lors de l'appel de préparation à la défense), menée par l'OFDT en mars 2017 auprès de 46.054 adolescents de 17 ans, 39,1% des jeunes affirment avoir déjà essayé le cannabis, soit près de neuf points de moins qu'en 2014 (47,8%), année marquée par une forte hausse.

Un sur cinq (21%) indique également avoir fumé dans le mois, contre 25,5% il y a trois ans. La part de consommateurs réguliers (au moins dix fois par mois) est également en repli, de 9,2 à 7,2%.

La consommation, expérimentée en moyenne à 15,3 ans, a davantage baissé depuis 2014 chez les filles (-10 points) que chez les garçons (-7 pts), deux fois plus nombreux à fumer régulièrement.

"Le niveau de consommation régulière de cannabis demeure supérieur à celui de 2011 (6,5%) et fait toujours partie des plus élevés d'Europe", nuance cependant l'OFDT.

Par ailleurs, parmi les jeunes qui ont fumé du cannabis au moins une fois dans l'année, près d'un quart (24,9%) présente "un risque d'usage problématique ou de dépendance", contre 21,9% en 2014. Au total, 7,4% des adolescents de 17 ans ont une consommation problématique.

Le tabac est aussi en net recul, avec un quart de fumeurs quotidiens (25,1%) chez les jeunes de 17 ans, contre 32,4% en 2014. Moins de six sur dix affirment avoir déjà goûté à la cigarette (59%) contre 68,4% en 2014, une baisse jamais vue depuis près de 20 ans.

L'alcool demeure la substance la plus largement expérimentée par les jeunes de 17 ans (85,7%) mais sa consommation recule régulièrement depuis 15 ans à chaque nouvelle étude (89,3% en 2014).

Les buveurs réguliers (dix fois par mois), presque trois fois plus nombreux chez les garçons que les filles, sont aussi en repli (8,4% contre 12,3% en 2014) tout comme les "alcoolisations ponctuelles importantes" - au moins cinq verres en une seule occasion - : 44% des jeunes disent avoir eu ce comportement lors du mois écoulé, contre 48,8% en 2014.

Enfin, les substances illicites autres que le cannabis (ecstasy, MDMA, cocaïne, amphétamines, crack, champignons hallucinogènes, etc) "ne sont essayées que par une minorité de jeunes", note l'OFDT, avec 6,8% des adolescents de 17 ans concernés contre 8,8% en 2014.

Après la hausse des consommations constatée de 2014, cette baisse générale, tous produits confondus, doit être analysée "avec précaution", a souligné Stanislas Spilka, responsable des enquêtes statistiques à l'OFDT, lors d'un point presse. "Les adolescents sont pleins de surprise, leurs comportements sont très variables, soumis aux effets de mode", a-t-il ajouté.

"Présupposer que la partie est gagnée est faux", a averti de son côté Nicolas Prisse, président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

Pointant "le noyau dur de jeunes qui consomment beaucoup, et beaucoup trop" de cannabis, il a appelé à maintenir la "vigilance" et la "mobilisation collective" face à des résultats "qui peuvent être encore fragiles".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un jeune fumeur de cannabis à Charleville-Mézières le 13 avril 2016

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-