A Lille, le casse-tête de la pollution aux particules fines

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

A Lille, le casse-tête de la pollution aux particules fines

Publié le 28/12/2018 à 10:13 - Mise à jour à 15:32
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par Florian SOENEN - Lille (AFP)

-A +A

Lille est l'une des villes françaises les plus touchées par la pollution aux particules fines, une "maladie chronique" qu'elle peine à soigner.

En 2018, selon des données officielles, Lille a dépassé au moins 60 fois le seuil journalier maximum de particules fines inférieures à 2,5 millimètres, soit 25 microgrammes par mètre cube (µg/m3), que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser... plus de trois fois par an.

Marseille n'est au-dessus de ce seuil que sept fois, contre dix-sept au centre de Lyon et près de quarante en plein coeur de Paris.

"Paris est plus touchée par la pollution à l'azote, le sud de la France à l'ozone. Tout dépend le critère de la qualité de l'air", relativise Céline Dérosiaux, qui travaille pour ATMO, l'organisme officiel du contrôle de la qualité de l'air.

- 1.700 décès prématurés par an -

Lille cumule les inconvénients, d'abord liés aux caractéristiques régionales : "forte densité, présence d'industries lourdes, méthodes de chauffage anciennes et territoires agricoles au sud ", résume Arabelle Patron, prévisionniste à ATMO.

La pollution franchit les murs de la ville: les autres capteurs dans la région, à Béthune ou Dunkerque par exemple, mesurent aussi "des dépassements réguliers".

A ces problèmes viennent s'ajouter la situation géographique: Lille est "un carrefour autoroutier européen", subissant les pollutions venues de Belgique et des Pays-Bas, aux caractéristiques semblables. Les vents "ramènent aussi des particules de Paris", et plus rarement "d'Allemagne ou même de Pologne".

Après plusieurs années de baisse, le nombre de jours de dépassement est reparti à la hausse en 2018, en raison de "variations météorologiques défavorables" : "le temps a été plus sec, et le printemps doux, avec des matinées de brouillard".

Ce qui s'observe pour les particules PM 2.5 se constate aussi pour les PM 10, les particules inférieures à 10 millimètres, les seules prises en compte réglementairement en France. Le plafond de 50 µg/m3 par jour a été dépassé à 40 reprises à Lille en 2018, soit plus que la limite de 35 jours de dépassement.

Paradoxalement, la situation s'améliore sur une année complète : "la concentration annuelle moyenne de PM 10 mesurée dans le quartier de Fives à Lille a baissé de 30 à 21 µg/m3 entre 2009 et 2017", rappelle Céline Dérosiaux. Toujours au-dessus toutefois des recommandations de l'OMS, de 20 µg/m3 en moyenne annuelle. La tendance est similaire pour les PM 2.5.

Ainsi, environ 1.700 personnes par an meurent prématurément à cause de la mauvaise qualité de l'air dans la métropole lilloise, qui compte 1,2 million d'habitants, reprend l'ATMO dans son bilan annuel.

"Les pics sont les symptômes d'une maladie chronique, la pollution de l'air", juge Mme Dérosiaux. La métaphore convient à Denis Bisch, pneumologue à Lille. "C'est l'accumulation qui représente un risque."

- 70 km/h sur le périphérique -

Mais "il est difficile de prescrire un comportement", poursuit-il. "On ne peut pas demander aux gens de se barricader. D'autant plus que l'air intérieur est aussi très pollué".

Interpellée par une pétition ayant réuni 5.500 signatures en une semaine, la maire PS de Lille, Martine Aubry, a annoncé la semaine dernière plusieurs mesures ciblant le transport, dont la limitation à 70 km/h sur les parties sud et est du périphérique qui entrera en vigueur en février. L'interdiction de circuler pour les poids lourds aux heures de pointe est également en discussion avec le préfet.

"La parole publique ne porte pas assez", estime Michel Eyraud, secrétaire général du collectif "Nord Ecologie Conseil", qui s'agace contre "les gens en terrasse sur la Grand-place en plein pic de pollution. Il faudrait multiplier les panneaux d'information en direct sur la qualité de l'air".

"Et changer nos modes de vie !", soupire Denis Bisch.

Auteur(s): Par Florian SOENEN - Lille (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


De la fumée émise par un site industriel dans les faubourgs de Lille, le 5 décembre 2017

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-