Procès d'un homme soupçonné d'être une "fausse victime" du Bataclan

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Procès d'un homme soupçonné d'être une "fausse victime" du Bataclan

Publié le 01/12/2017 à 09:18 - Mise à jour à 10:20
© LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Un employé de la sécurité civile de 29 ans, soupçonné de s'être fait passer pour une victime de l'attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan, est jugé vendredi au tribunal correctionnel de Versailles pour tentative d'escroquerie.

Cet ambulancier de formation avait raconté avec force détails aux médias, dont l'AFP, ce qu'il disait avoir vécu à la terrasse du Bataclan ce soir-là. Selon son récit, il buvait un verre avec deux amis quand il a vu arriver les tireurs. Une "femme enceinte" avait alors "pris les balles qui (lui) étaient destinées", disait-il.

Intégré dans les groupes de victimes, il s'était fait un tatouage représentant une Marianne devant le Bataclan et avait été de longues semaines en arrêt maladie. Il avait aussi rempli en janvier 2016 un dossier d'indemnisation auprès du Fonds de garantie des victimes de terrorisme et d'autres infractions.

Les enquêteurs s'étaient intéressés à son cas un an après: il n'avait pas porté plainte et des incohérences avaient été relevées dans son récit, notamment le fait qu'aucune femme enceinte n'avait perdu la vie ce soir-là, selon une source proche du dossier.

La téléphonie a ensuite montré que le jeune homme se trouvait à une trentaine de kilomètres du Bataclan au moment des faits, selon la même source. Ce n'est que vers minuit qu'il s'est trouvé près de la salle de concert, où des témoins ont signalé sa présence.

- Nouvelle expertise psychiatrique -

Résidant depuis plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie, où il était sapeur-pompier volontaire et formateur en secourisme, Cédric Rey a expliqué lors d'une audience le 27 octobre être rentré en France pour des raisons personnelles et avoir alors appris que la gendarmerie cherchait à l'entendre.

Le jeune homme, qui reconnaît les faits, s'est rendu de lui-même à la caserne où il a été placé en garde à vue. Il devait être jugé en comparution immédiate lors de cette première audience, mais le tribunal correctionnel a renvoyé le procès, estimant qu'il ne pouvait se tenir sans une nouvelle expertise psychiatrique et une expertise psychologique.

L'avocate de la défense avait plaidé pour un contrôle judiciaire avec une résidence dans le département, mais le tribunal a placé le prévenu en détention provisoire jusqu'au procès, vendredi à 14H00.

Début 2016, le Fonds de garantie des victimes de terrorisme et d'autres infractions n'avait pas donné suite au dossier d'indemnisation du prévenu faute de pièces suffisantes. Ce dernier est poursuivi pour tentative d'escroquerie au préjudice du fonds et encourt cinq ans de prison.

Sollicitée par l'AFP, son avocate n'a pas souhaité s'exprimer.

Au moins sept personnes ont été condamnées depuis les attentats de Paris et Saint-Denis pour tentative d'escroquerie ou escroquerie.

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La téléphonie a montré que le jeune homme qui se prétendait victime des attentats se trouvait à une trentaine de kilomètres du Bataclan au moment des faits

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-