Retraites: la grève des avocats "massivement suivie" selon le Conseil national des barreaux

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Retraites: la grève des avocats "massivement suivie" selon le Conseil national des barreaux

Publié le 06/01/2020 à 17:15 - Mise à jour à 18:36
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Renvoi d'audiences, suspension des désignations: de Lyon à Bayonne, les avocats ont "massivement" répondu à l'appel à durcir la grève contre la réforme des retraites pour se faire entendre du gouvernement, a assuré lundi le Conseil national des barreaux (CNB).

"La mobilisation est extrêmement forte. Partout, l'ordre de grève est voté à une très large majorité", a déclaré à l'AFP la présidente du CNB, Christiane Féral-Schuhl.

Le Syndicat des avocats de France (SAF) et la Conférence des bâtonniers se sont également réjouis de cette "bonne mobilisation", dans un contexte "d'exaspération" lié à la mise en oeuvre de la réforme de la justice.

Vent debout contre le régime universel des retraites et accusant le gouvernement de n'entendre "que les professions qui bloquent la France", le CNB, qui représente les 70.000 avocats français, avait promis des actions pour "désorganiser la mécanique judiciaire" à partir de lundi et pour une semaine, une grève qui pourra être reconduite.

Dès lundi matin, des audiences ont été renvoyées aux quatre coins de France, à Bobigny comme à Marseille, où l'ancien bâtonnier, Me Fabrice Giletta, s'est désolé que le mouvement des avocats, entamé en septembre, ne mette pas "en émoi le gouvernement".

"Ce n'est pas notre nature de quitter les prétoires, mais la situation est intenable, inacceptable", a également lancé le bâtonnier Me Yann Arnoux Pollak.

Au niveau national, "il n'y a pas de tribunal bloqué" physiquement, a souligné Mme Féral-Schuhl. Mais un peu partout "on cesse d'accompagner le justiciable, y compris sur le terrain du contentieux de la liberté", a-t-elle indiqué.

Chacun des 164 barreaux pouvait choisir son mode d'action. A Lyon, Dijon, Bordeaux, Bayonne, Saint-Brieuc mais aussi en Corse, les avocats ont voté lors d'assemblées générales une "grève dure et totale" jusqu'à dimanche, selon des journalistes de l'AFP. Cela implique notamment un arrêt des désignations d'avocats en matière d'aide juridictionnelle, pour les gardes à vue, les étrangers, les mineurs.

A Paris, où exercent 30.000 avocats, la grève n'a été votée que pour deux jours et le Conseil de l'ordre doit décider mardi après-midi de la suite du mouvement.

Lors de rassemblements ou en demandant le renvoi d'audiences, les avocats ont défendu leur régime autonome, "qui fonctionne parfaitement et ne coûte rien au citoyen". Ce régime s'appuie sur une "caisse qui s'auto-finance" et chaque année, 100 millions d'euros sont reversés aux régimes déficitaires, rappelle le CNB.

La profession redoute avec le projet de réforme "un doublement des cotisations à 28% et la baisse des pensions". Pour le bâtonnier de Lyon, Me Serge Deygas, "les petits cabinets et les moyens ne pourront pas résister" et "beaucoup devront mettre la clé sous la porte". "Cela reviendra à une baisse de l'accès au droit", a-t-il déploré.

Se disant "méprisés" par un gouvernement qui reste "sourd à (leur) colère" et qui leur a "déclaré la guerre", des avocats ont promis d'aller "jusqu'au bout", en reconduisant leur grève.

Le ministère de la Justice a assuré que sa porte "(restait) ouverte". La présidente du CNB indique avoir été contactée dimanche soir par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, mais "aucune date n'a été proposée", selon elle.

Le Conseil national des barreaux a par ailleurs appelé à rejoindre les manifestations de samedi contre le projet de réforme des retraites.

burs-asl/blb/mm

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Renvoi d'audiences, suspension des désignations: de Lyon à Bayonne, les avocats ont "massivement" répondu à l'appel à durcir la grève contre la réforme des retraites pour se faire

Newsletter


Fil d'actualités France




Commentaires

-