Les pays qui ont changé de nom

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les pays qui ont changé de nom

Publié le 30/09/2018 à 04:00 - Mise à jour à 04:42
© Angela Weiss / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris
-A +A

La Macédoine, qui pourrait devenir la "République de Macédoine du Nord" si ses habitants en décident ainsi lors d'un référendum dimanche, serait loin d'être le premier pays à changer de nom.

De nombreux pays se sont rebaptisés en accédant à l'indépendance. Par exemple, le Pakistan-Oriental est devenu le Bangladesh, le Bechuanaland le Botswana, l'Oubangui-Chari la Centrafrique, Ceylan le Sri Lanka, les Indes orientales néerlandaises l'Indonésie et la Rhodésie le Zimbabwe. D'autres ont pris un nouveau nom lors de la désintégration de l'État fédéral dont ils faisaient partie (Union soviétique, Yougoslavie, Tchécoslovaquie).

Les changements de nom d'un État déjà souverain sont plus rares. Voici quelques exemples dans l'histoire récente:

- Le Swaziland devient eSwatini

Pour les 50 ans de l'indépendance du Swaziland, ancien protectorat britannique, le roi Mswati III annonce le 19 avril 2018 que son pays reprend "son nom d'origne", eSwatini. C'était "le seul pays d'Afrique à avoir conservé son nom de l'époque coloniale", explique-t-il.

eSwatini signifie "le pays des Swazis", en langue swati. Le nom Swaziland est un mélange des langues swati et anglaise.

- Le Zaïre devient République démocratique du Congo

Le Zaïre prend officiellement le nom de République démocratique du Congo en mai 1997 après la fuite du dictateur Mobutu Sese Seko et la prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila.

L'ancien Congo belge, devenu indépendant en 1960 sous le nom de République du Congo, avait été rebaptisé Zaïre en 1971 sous la présidence de Mobutu.

- La Birmanie devient Myanmar

Le 27 mai 1989, la junte militaire au pouvoir en Birmanie rebaptise le pays "République de l'Union du Myanmar", afin de tirer un trait sur son passé colonial. Seul le nom anglais de l'ancienne colonie britannique est modifié, son nom birman restant le même.

Cela n'a pas empêché l'opposition à la junte, menée par le prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, de longtemps continuer à utiliser systématiquement le nom "Burma" dans ses communications en anglais. Les États-Unis se sont aussi refusés pendant des années à appeler le pays "Myanmar", mais ont commencé à le faire par "courtoisie diplomatique" depuis la transition démocratique amorcée en 2012.

En français, le nom de Birmanie reste d'usage courant.

- La Haute-Volta devient Burkina Faso

La Haute-Volta, ex-colonie française indépendante depuis 1958, est renommée Burkina Faso le 4 août 1984. Président du pays depuis un an, Thomas Sankara veut rompre définitivement avec les attributs de l'époque coloniale.

Burkina Faso, qui signifie "pays des hommes intègres", est composé de deux dialectes importants du pays, le moré et le dioula.

- Du Cambodge au Kampuchéa

Le Cambodge est rebaptisé "République Khmère" en octobre 1970 après le renversement du prince Norodom Sihanouk par les putschistes pro-américains du général Lon Nol, puis "Kampuchéa démocratique" par les Khmers Rouges lors de leur prise de pouvoir en avril 1975, et enfin "République populaire du Kampuchéa" en janvier 1979 par le régime pro-vietnamien qui leur succède.

"Kampuchéa" est une retranscription du nom du pays en langue khmère.

Le pays redevient Cambodge après le départ des Vietnamiens en 1989.

- Le Dahomey devient Bénin

Quinze ans après son indépendance de la France et un an après avoir adopté le marxisme-léninisme, le Dahomey se rebaptise "République populaire du Bénin" le 30 novembre 1975, référence symbolique à un puissant royaume qui s'était étendu au Nigeria voisin entre le XIIIe et le XIXe siècle, avant la colonisation.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le roi Mswati III du eSwatini à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 26 septembre 2018 à New York

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-