Le Pen qualifie le rappel de l'ambassadeur à Rome de "faute diplomatique"

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Le Pen qualifie le rappel de l'ambassadeur à Rome de "faute diplomatique"

Publié le 08/02/2019 à 11:36 - Mise à jour à 19:40
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP - Paris

-A +A

Marine Le Pen a estimé vendredi que le rappel de l’ambassadeur de France en Italie était une "faute diplomatique" démontrant qu'Emmanuel Macron était "une source de tensions et d’immaturité" en Europe.

"Cette décision est contraire aux intérêts de nos deux pays", a ajouté dans un tweet la présidente du Rassemblement national (RN), dont le parti est un allié de la Ligue italienne (extrême droite) dirigée par l'homme fort du gouvernement de la Péninsule, Matteo Salvini.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a lui dénoncé une "folle décision" d'Emmanuel Macron dans le rappel de son ambassadeur en raison "d'attaques" sans "précédent" du gouvernement italien.

"Cet acte grave et inédit dans l’histoire de la construction de l'Union européenne porte un coup majeur à la grande amitié entre la France et l’Italie", a estimé le député de l'Essonne dans un communiqué.

La rencontre mardi à Montargis (Loiret) entre le vice-président du Conseil italien et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), Luigi Di Maio, avec des "gilets jaunes" "ne saurait être un motif de rétorsion diplomatique", a ajouté l'ancien allié de Marine Le Pen à la présidentielle, qui juge "disproportionnée" la réaction de Paris.

M. Dupont-Aignan dénonce en outre "une concordance entre la manière dont M. Macron dresse les Français les uns contre les autres et la manière dont il divise les Européens". "C'est un président malsain qui a besoin de diviser pour exister", a-t-il dit à l'AFP.

Le président des Patriotes, Florian Philippot, a lui jugé "l'indignation sélective". "On est dans un système qui s'appelle l'Union européenne où c'est l'ingérence permanente. (...) Si on veut sortir de l'ingérence, il faut sortir de l'UE", a plaidé ce partisan d'un Frexit sur Sud Radio.

L'ancien bras droit de Marine Le Pen a rappelé "que c'est bien Emmanuel Macron qui parlait de +lèpre populiste+ quand il parlait du gouvernement italien. (...) Pour être respecté, il faut respecter les autres".

Auteur(s): Par AFP - Paris


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen quitte l'Elysée à l'issue d'un entretien avec Emmanuel Macron, le 6 février 2019

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-