Egypte: Amnesty dénonce un projet de loi criminalisant l'homosexualité

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Egypte: Amnesty dénonce un projet de loi criminalisant l'homosexualité

Publié le 09/11/2017 à 08:36 - Mise à jour à 08:40
© RAUL ARBOLEDA / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): Par AFP

-A +A

Le projet de loi criminalisant l'homosexualité en Egypte est "profondément discriminatoire" et constitue "un revers pour les droits de l'Homme", a affirmé jeudi Amnesty International dans un communiqué.

Actuellement, le droit égyptien ne pénalise pas l'homosexualité en tant que telle mais les tribunaux utilisent les incriminations de "débauche" ou de "prostitution" pour condamner les homosexuels.

En octobre, plusieurs députés égyptiens ont proposé un texte prévoyant des peines de prison pour les personnes de même sexe ayant eu des relations sexuelles, dans les lieux publics comme privés.

Les peines vont d'un an d'emprisonnement à trois, selon le projet de loi. Les accusés risquent en cas de récidive jusqu'à cinq ans de prison.

"Ce projet de loi profondément discriminatoire serait un énorme revers pour les droits de l'Homme et un autre coup de grâce porté aux droits sexuels en Egypte", a déclaré Najia Bounaim, directrice des campagnes pour l'Afrique du Nord à Amnesty International.

Une vague de répression contre la communauté homosexuelle a été menée dans le pays ces dernières semaines, après le concert au Caire le 22 septembre du groupe libanais Mashrou' Leila, connu pour ses positions en faveur de la communauté LGBT.

Une partie du public avait alors brandi des drapeaux arc-en-ciel symbole de la communauté LGBT, soulevant la polémique dans les médias et les réseaux sociaux.

Selon des sources sécuritaires, les forces de police ont arrêté 31 personnes depuis le concert. Le nombre de ces arrestations dépasserait 70 selon Amnesty.

Le 19 novembre, un tribunal pénal du Caire devra se prononcer sur le sort de 17 personnes accusées de "débauche sexuelle".

Ni la présidence, ni le gouvernement ne se sont publiquement exprimés sur le sujet.

Le Conseil supérieur de régulation des médias, un organisme public, avait toutefois qualifié en septembre l'homosexualité de "maladie honteuse", interdisant aux organes de presse d'en faire la "promotion".

Auteur(s): Par AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le droit égyptien ne pénalise pas l'homosexualité en tant que telle mais les tribunaux utilisent les incriminations de "débauche" ou de "prostitution" pour condamner les homosexuel.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-