Fume avec les stars: le cannabo-tourisme tente une percée à Los Angeles

Fume avec les stars: le cannabo-tourisme tente une percée à Los Angeles

Publié le 27/01/2019 à 06:45 - Mise à jour à 09:54
© Robyn Beck / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par Javier TOVAR - Los Angeles (AFP)

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Dans la verte Los Angeles, devenue en 2016 la plus grande ville du monde où le cannabis est légal, de nombreux guides proposent aux touristes de se plonger dans cette industrie bourgeonnante, voire même de fumer avec les stars.

Pour monter son affaire, Gene Grozovskiy s'est inspiré de l'expérience de son père, guide traditionnel depuis des décennies dans la mégalopole californienne.

"Au début, l'industrie du cannabis ne nous a pas acceptés, et le secteur du tourisme non plus", se souvient l'entrepreneur de 35 ans. "Durant un an, j'ai frappé à des portes et galéré."

Sa société, Green Tours, tourne aujourd'hui. Et après une année 2018 dans le rouge, il espère dégager ses premiers bénéfices en 2019.

À l'instar de Gene, ils sont nombreux à proposer des parcours centrés sur le cannabis dans Los Angeles, plus habituée jusque-là à voir des bus arpenter Hollywood et Beverly Hills à la recherche des stars du show-business.

Green Line Trips, Weedology, Dope Tours ou Food High ont ainsi fleuri en quelques mois. La concurrence fait rage, alors que le cannabis n'est en vente libre à usage récréatif que depuis le 1er janvier 2018.

Pour se distinguer de ses rivaux, Gene Grozovskiy dit rechercher l'authenticité et l'originalité. Il propose notamment à ses clients de partager quelques bouffées avec l'acteur Tommy Chong, habitué des seconds rôles à Hollywood (la série "That '70s Show" notamment).

Il en coûtera aux intéressés 149 dollars chacun pour ce parcours enrichi.

Gene Grozovskiy espère pouvoir convaincre d'autres vedettes de se prêter au jeu, avec le rêve d'accrocher un jour la référence absolue chez les célébrités, le rappeur Snoop Dogg, ambassadeur bénévole de la marijuana depuis ses débuts.

- Dans les coulisses -

Les visites de Green Tours se veulent pointues, conçues comme une vraie plongée dans l'industrie du cannabis aux États-Unis et son histoire, sur environ quatre heures.

Le guide, Ryan Lance, incollable, disserte sur les évolutions législatives et les origines de l'arrivée du cannabis en Amérique.

Plus tard, dans un commerce spécialisé, Scott B, le gérant, va très loin dans les détails sur l'arrosage et la pollinisation.

"Si quelque chose t'intéresse et que tu peux voir ce qui se passe dans les coulisses, c'est toujours sympa", explique Dan Chlebanowski, 30 ans, qui a participé à la visite et consomme de l'herbe depuis l'adolescence. "On le voit à Disneyland, ou à Hollywood. Pourquoi pas avec le cannabis?"

À la surprise générale, le chiffre d'affaires du cannabis et de ses produits dérivés en 2018 a baissé en Californie, à 2,5 milliards de dollars contre 3 milliards l'année précédente, selon le cabinet spécialisé ArcView Research, alors qu'un autre cabinet, BDS Analytics, tablait sur 3,7 milliards.

Certains voient dans ce repli l'influence des textes très stricts qui encadrent la culture et la distribution en Californie, et qui auraient dissuadé plus d'un entrepreneur.

Le poids de la fiscalité, qui peut atteindre jusqu'à 40% dans certaines villes car les municipalités ajoutent souvent leur propre taxe à celle de l'État de Californie, a également permis, selon certains, le maintien d'une partie du trafic de drogue.

À ce jour, le Bureau du cannabis de Californie (BCC) a accordé 2.782 permis d'exploitation.

Le Parlement de Californie doit examiner cette année un éventuel assouplissement des textes.

"Nous nous attendons à des changements, mais pas à une réforme en profondeur un an seulement après" la légalisation du cannabis à usage récréatif, explique Alex Traverso, responsable de la communication du BCC.

Auteur(s): Par Javier TOVAR - Los Angeles (AFP)

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Gene Grozovskiy, le fondateur de Green Tours, photographié le 24 janvier 2019, une société qui emmène les visiteurs dans les coulisses de l'industrie du cannabis, à Los Angeles, en

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-