Interdire le ring aux enfants? en Thaïlande, la mort d'un jeune boxeur relance le débat

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Interdire le ring aux enfants? en Thaïlande, la mort d'un jeune boxeur relance le débat

Publié le 15/11/2018 à 08:24 - Mise à jour à 08:26
© Romeo GACAD / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Par Anusak KONGLANG et Sippachai KUNNUWONG - Bangkok (AFP)

-A +A

Interdire le ring aux moins de douze ans? En Thaïlande, des dizaines de milliers d'enfants qui rêvent de gloire et de fortune participent à des combats de boxe thaï mais le récent décès d'un adolescent relance la polémique.

Anucha Tasako, 13 ans, est mort le 10 novembre d'une hémorragie cérébrale après avoir reçu plusieurs coups à la tête lors d'un combat près de Bangkok.

Plus de 10.000 enfants boxeurs de moins de quinze ans sont enregistrés dans le royaume, d'après l'Autorité des sports de Thaïlande. A cela, s'ajoutent de nombreux mineurs qui combattent sans licence.

Le Muay Thaï, art martial séculaire dans le royaume, autorise coups de poings, de pieds, de coudes et de genoux.

La pratique de ce sport violent est jugée dangereuse chez les enfants par les professionnels de santé, qui mettent notamment en avant des risques de lésions cérébrales.

Adisak Plitponkarnpim, directeur du Centre de recherche sur la promotion de la sécurité des enfants et la prévention des blessures (CSIP), a mené une étude pendant cinq ans sur 335 jeunes boxeurs et 252 enfants qui ne pratiquaient pas ce sport.

- "Lésions cérébrales" -

Les IRM ont révélé que les premiers "souffrent davantage de lésions cérébrales causées par la disparition de cellules ou des troubles neurotiques", relève le responsable, interrogé par l'AFP. Il a également constaté "des quotients intellectuels diminués".

Leur jeune âge "accentue encore les risques de lésions car leur crâne et leurs muscles ne sont pas encore entièrement formés", souligne-t-il, mettant en avant des risques plus élevés d'être atteint de la maladie de Parkinson ou d'un Alzheimer à l'âge adulte.

Le problème vient du manque de protection lors des combats, où les enfants ne portent souvent pas de casque, comme dans le cas d'Anucha Tasako.

Les combattants doivent être dotés d'"un équipement de protection approprié fourni par le responsable de la salle", a relevé après l'accident mortel le numéro deux de la junte thaïlandaise, le ministre de la Défense Prawit Wongsuwan, d'après un porte-parole du ministère.

Mais, en cas de manquement, aucune sanction n'est prévue à ce jour.

Les autorités tentent néanmoins de légiférer.

Un projet de loi à l'étude vise à interdire les combats aux enfants de moins de 12 ans.

Des personnalités de la boxe thaï s'opposent à cette interdiction qui pourrait affecter financièrement les familles des jeunes boxeurs, souvent pauvres.

Pour beaucoup, le Muay Thaï est un moyen de sortir de la pauvreté. "Cela donne aux enfants une raison d'être, leur enseigne la discipline" et "les protège dans des endroits où la toxicomanie et la violence des gangs sont monnaie courante", confirme un propriétaire de gymnase, sous couvert d'anonymat.

D'autres insistent sur le fait que pour aspirer à devenir champion, il faut commencer très jeune.

A douze ans, Tawee Umpornmaha, médaille d'argent aux JO de Los Angeles de 1984, effectuait son premier combat.

Au total "99% des boxeurs thaïlandais les plus célèbres, qui ont remporté des médailles aux Jeux olympiques, ont commencé à se battre quand ils étaient jeunes", souligne l'ex-sportif, aujourd'hui âgé de 59 ans.

"Si les lois interdisent totalement la boxe aux enfants, la Thaïlande n'aura plus de maîtres. Ce sera la fin", a insisté l'entraîneur d'Anucha Tasako, Somsak Deerujijaroen, lors des funérailles de l'adolescent. Selon lui, travailler à une meilleure protection des jeunes sur le ring serait beaucoup plus pertinent.

Auteur(s): Par Anusak KONGLANG et Sippachai KUNNUWONG - Bangkok (AFP)


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un homme en prières devant un portrait du jeune boxeur thaïlandais Anucha Tasako mort durant un combat, lors de ses funérailles dans un temple bouddhiste de la province de Samut Pr

Newsletter


Fil d'actualités Actualités




Commentaires

-