Les femmes victimes de violences mal prises en charge, selon un mouvement féministe

Les femmes victimes de violences mal prises en charge, selon un mouvement féministe

Publié le 03/04/2018 à 05:28 - Mise à jour à 06:52
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Refus de plainte, banalisation des faits ou culpabilisation de la victime: les femmes qui se rendent dans les commissariats et gendarmeries pour des violences restent mal prises en charge, selon des témoignages recueillis en mars par un mouvement féministe, publiés mardi.

Lancée le 12 mars par le Groupe F et la page "Paye ta police" du réseau social Tumblr, l'enquête a suscité en dix jours plus de 500 témoignages, selon ses initiateurs, qui voient dans la police et la gendarmerie "le maillon indispensable pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles".

Dans neuf cas sur dix, les témoignages de faits plus ou moins récents (70% datent de moins de cinq ans) font état d'une mauvaise prise en charge, "le fait le plus fréquent étant le refus de prendre une plainte ou le découragement de la victime à porter plainte".

Viennent ensuite "la remise en question de l'importance des faits" et "la culpabilisation des victimes", selon l'enquête.

Parmi les témoignages reçus, celui d'une femme voulant porter plainte pour violences conjugales en 2016 et à qui il a été répondu: "ce n'est pas grand chose, pensez à vos enfants". Ou encore celui d'une jeune femme venue déposer plainte pour viol, en 2016. "Le policier lui a répondu que ce n'était pas un viol car elle avait invité l'agresseur chez elle", raconte son amie qui l'accompagnait.

"Ces comportements, nombreux, ont pour conséquence de décourager les victimes, parfois d’ajouter à la maltraitance déjà subie. Ces dysfonctionnements découragent les victimes d’aller porter plainte et envoient un message d’impunité aux agresseurs", estiment les auteurs de l'enquête, ajoutant "avoir reçu des témoignages montrant qu’une bonne prise en charge, bienveillante, sans jugement, est possible".

Depuis plusieurs années, des dispositifs ont été mis en place pour améliorer la prise en charge des femmes par les forces de l'ordre. Une sensibilisation renouvelée après l'affaire Weinstein qui a libéré la parole des femmes victimes d'abus.

Selon les statistiques du ministère de l'Intérieur, les plaintes pour viols et agressions sexuelles ont augmenté respectivement 12% et 10% en 2017 par rapport à 2016.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La devanture du commissariat de Vincennes, le 5 mars 2012

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-