À Cuba, la censure d'un documentaire agite le monde du cinéma

Auteur:
 
Par Leticia PINEDA - AFP
Publié le 04 août 2023 - 16:25
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
TP International
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — La censure d'un documentaire sur la relation entre un musicien-star argentin et Cuba provoque depuis plusieurs mois la colère de cinéastes de l'île qui réclament de pouvoir exercer librement leur art.

"Le cinéma cubain sera libre ou ne sera pas !", a lancé mardi sous les applaudissements l'acteur cubain Luis Alberto Garcia au moment de recevoir un prix lors du Festival international de cinéma de Gibara, organisé dans l'est de Cuba.

L'acteur a dédié sa récompense à l'Assemblée des cinéastes cubains, forte d'environ 400 professionnels, qui a récemment protesté contre la censure d'un documentaire intitulé "La Havane de Fito" racontant le lien tissé depuis les années 1980 par le rockeur argentin Fito Paez, une célébrité en Amérique latine, avec la capitale cubaine.

"C'est la goutte qui a fait déborder le vase d'une quantité de problèmes et de censures historiques au sein de la culture de la révolution cubaine", a expliqué à l'AFP le réalisateur Juan Pin Vilar, 60 ans.

Tout a commencé en avril lorsque le ministère de la Culture a interdit la diffusion de trois documentaires, dont celui de Juan Pin Vilar, dans un petit espace culturel indépendant de La Havane.

Face aux protestations du cinéaste, le documentaire a finalement été diffusé à la télévision cubaine, mais incomplet et sans l'autorisation ni de l'auteur, ni du producteur, ni du chanteur.

Selon le réalisateur, la réaction des autorités concerne un passage du film où Fito Paez questionne la version officielle de la mort du guérillero révolutionnaire Camilo Cienfuegos, disparu en 1959, et la condamnation à mort en 2003 de trois jeunes qui avaient détourné un bateau pour émigrer aux États-Unis.

La diffusion du film à la télévision a poussé quelque 600 artistes à signer une déclaration dénonçant ce type de "procédés (...) devenus systématiques" dans le cinéma cubain. Parmi les signataires, le chanteur Silvio Rodriguez, le réalisateur Fernando Pérez ou encore Jorge Perugorría, acteur principal de l'emblématique "Fraise et chocolat" (1993).

"Vision moraliste"

"Montrer (le film) à la télévision favorise le piratage" et "ruine la vie qu'il pourrait avoir dans les festivals internationaux", explique à l'AFP Miguel Coyula, cinéaste de 46 ans qui dit tourner ses films clandestinement pour éviter le harcèlement policier.

Il a projeté chez lui pendant deux ans son film Corazon Azul (2021), présenté dans quelques festivals à l'étranger, mais ignoré des salles cubaines. "C'est comme si nous avions rempli deux fois le Chaplin", dit-il, en référence à la principale salle de cinéma de La Havane.

C'est d'ailleurs dans ce cinéma qu'a eu lieu fin juin une réunion inédite entre les membres de l'Assemblée des cinéastes et des responsables gouvernementaux, dont le représentant du département idéologique du Parti communiste cubain (PCC).

Les débats se sont tendus lorsque Miguel Coyula s'est mis à filmer certaines interventions, malgré les mises en garde du président de l'Institut cubain de l'art et de l'industrie cinématographique (ICAIC), Ramon Samada.

"Nous sommes des cinéastes indépendants, nous sommes prêts à ce qu'on nous arrête, car notre travail, c'est de filmer !", peut-on entendre crier Miguel Coyula dans une vidéo postée sur Youtube.

Quelques jours plus tard, le directeur de l'ICAIC a été remplacé et les autorités ont annoncé la création d'un groupe de travail pour répondre aux préoccupations des professionnels.

L'Assemblée des cinéastes, qui a appris la création de ce groupe par la télévision, a réagi en déclarant ne pas avoir reçu de réponses aux "questions spécifiques et systématiques de censure et d'exclusion" et demandé une nouvelle réunion.

Dans un entretien accordé au média cubain indépendant El Toque, Fito Paez s'est joint à la controverse : "Je suis un ami du peuple cubain (...) Ils ne représentent pas le peuple cubain", a-t-il déclaré en référence aux fonctionnaires du ministère.

Pour Maria Isabel Alonso, spécialiste de littérature et culture cubaines à l'Université St-Joseph de New York, la polémique est le "symptôme d'un problème plus important, systémique : le droit à la liberté d'expression artistique des créateurs, en conflit avec une vision moraliste et idéologique promue par les autorités".

En novembre 2020, quelque 300 artistes avait organisé une manifestation inédite pour réclamer plus de liberté d'expression. Le dialogue avec le ministère avait tourné court.

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.