Pesticides: la liste des fruits et légumes non-bio les plus impactés

Pesticides: la liste des fruits et légumes non-bio les plus impactés

Publié le 06/06/2019 à 11:46 - Mise à jour à 12:07
© RAYMOND ROIG / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Cerises, céléri, raisin ou encore endives ces fruits et légumes ont pour points communs de contenir des résidus importants de pesticides comme l'a démontré une étude de Générations futures.

Les chiffres dévoilés par Générations futures sont accablants. Près de 72 % des fruits et 43 % des légumes non-bio consommés en France contiennent des résidus de pesticides comme l'a dévoilé ce jeudi l'ONG dans un rapport détaillé portant sur la période 2012-2017.

"Sur les six années, ce sont en moyenne 71,9 % des échantillons de fruits qui contenaient des résidus de pesticides, avec 2,9% de dépassement de la «limite maximale en résidus» (LMR)", note l'ONG dans un communiqué. Les LMR sont les seuils légaux européens ne devant pas être dépassés. "Pour les légumes, la moyenne est de 43,3 % des échantillons concernés (par des résidus) et 3,4% de dépassement de LMR", ajoute Générations futures.

Lire aussi - Pesticides: le gouvernement tente pour la troisième fois de désintoxiquer l'agriculture

Les fruits avec le plus de résidus de pesticides constatés sont:

Les cerises (89% des échantillons avec résidus).

Les clémentines et mandarines (88,1%).

Le raisin (87,3%).

Les pamplemousses/pomelos (86,3%).

Les pêches et nectarines (82,9%).

Les fraises (82,9%).

Les oranges (81,2%).

Pour les légumes, sont particulièrement concernés:  

Le céleri-branche (résidus dans 84,9% des échantillons),

Le céleri-rave (82,5%).

Les herbes fraîches (69,3%).

Les endives (67,2%).

La laitue (66,5%).

"Il faut encourager la consommation de fruits et légumes, mais les consommateurs veulent bénéficier de leurs bienfaits sans avoir à ingérer en même temps des résidus de pesticides aux propriétés inquiétantes", a expliqué François Veillerette, président de l'ONG.

L'an dernier Loic Tanguy, directeur de cabinet de la DGCCRF, expliqué par sa part que "le fait de dépasser les LMR n'implique pas nécessairement un danger".

Voir:

Pesticides: Poirson "regrette" le report de l'interdiction voté par l'Assemblée

Pesticides: l'Anses interdit les produits à base de métam-sodium

Les pesticides néonicotinoïdes interdits à partir de samedi

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus de 71% de fruits et 43% de légumes non bio consommés en France contiennent des résidus de pesticides, cerise et céleri-branche étant parmi les plus touchés.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-