Charles-de-Gaulle Express: galère sur le RER B ou retard des travaux?

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 13 mai 2019 - 19:08
Image
La RATP a annoncé jeudi qu'elle allait rembourser 50% des abonnements de juin des voyageurs affectés par le déraillement du RER B près de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), espérant une reprise de l
Crédits
© Geoffroy Van der Hasselt / AFP/Archives
Les travaux du CDG Express pourraient largement impacter le RER B et ses passagers.
© Geoffroy Van der Hasselt / AFP/Archives

Le chantier du train "Charles-de-Gaulle Express", qui doit relier le centre de Paris à l'aéroport de Roissy, prend du retard sur son objectif d'être prêt pour les JO 2024. Un report de la livraison semble inévitable, à moins de largement perturber le trafic sur le RER B.

 

Le train express devant relier Paris à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle doit sur le papier être terminé pour 2024 et les Jeux Olympiques. Mais la date fatidique semble de plus en plus difficile à tenir, du moins sans inclure un surcroît de désagréments pour certains Franciliens.

En effet, des travaux de grande ampleur sur cette future ligne imposerait des coupures totales sur la partie nord du RER B pendant trois semaines durant les étés 2022 et 2023. La faute au retard déjà pris par ce projet alors que la SNCF et la RATP se battent sur plusieurs fronts dans le cadre du projet du Grand Paris.

Voir: CDG Express - Pécresse veut "détendre le calendrier" au-delà de 2024

Même en concentrant les travaux sur la période des vacances scolaires, "il faudrait, pendant ces semaines d’interruption totale, faire circuler 200.000 à 300.000 personnes chaque jour dans des bus, qui amèneraient les voyageurs de banlieue vers des gares de rabattements sur les RER D ou E. Il faudrait donc un car toutes les deux minutes à l’heure de pointe, dans toutes les gares du RER B Nord", détaille Le Parisien.

"Le scénario 2024 est radicalement intenable pour la régularité du RER B, qui est déjà très dégradée", a déclaré Valérie Pécresse.

L'autre solution serait de répartir les travaux sur deux années supplémentaires, avec donc une livraison pour 2026. La pression mise par les JO devrait alors être reportée sur le RER. Des mesures exceptionnelles pour maximiser le nombre de rames devraient être prises. Ce sera au gouvernement de trancher.

Le CDG Express devra relier la gare de l'Est, au centre de Paris, au terminal 2 de l'aéroport de Roissy. Le trajet, sans arrêt, de 32 kilomètres devrait coûter 24 euros. De nombreuses voix se sont élevés contre le projet, notamment d'élus de banlieue qui préfèreraient voir les capitaux investis dans la modernisation du RER B.

Lire aussi:

Vent de fronde en banlieue parisienne contre le CDG Express, le "train des riches" des JO-2024

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don