Benoît Hamon: "le 49-3 est un aveu de faiblesse" de Manuel Valls

Benoît Hamon: "le 49-3 est un aveu de faiblesse" de Manuel Valls

Publié le 16/06/2015 à 10:14 - Mise à jour à 10:19
©Jean-Philippe Arles/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Benoît Hamon était l'invité d'i>Télé, ce mardi matin. Le député socialiste, et frondeur, des Yvelines a été très sévère avec Manuel Valls qui a décidé de recourir de nouveau à l'article 49-3 pour faire passer la loi Macron en seconde lecture à l'Assemblée nationale. Une "marque de faiblesse" preuve que le texte "n'a pas de majorité", selon l'ancien ministre de l'Education nationale.

"Le 49-3 est d'abord un aveu de faiblesse". Dès le début de son interview, ce mardi matin sur i>Télé, Benoît Hamon a planté le décor. Non, le recours du gouvernement de Manuel Valls à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer la loi Macron sans vote, et sans –nouveaux– débats, n'est pas une marque de fermeté a estimé le très frondeur député des Yvelines. Oui, c'est une marque de faiblesse: le gouvernement n'aurait tout simplement pas de majorité pour faire passer ce texte.

"Le 49-3 c’est d’abord un aveu de faiblesse. Ce n’est pas la marque des forts que de ne pas débattre et de ne pas faire voter une majorité sinon à concéder qu’il n’y a plus de majorité politique pour cette politique économique et sociale. Personne ne s’y trompe réellement: si c’est ça l’autorité, c’est une curieuse manière d’imposer un choix. C’est surtout une marque de faiblesse, ça veut dire qu’il n’y a pas de majorité", a ainsi jugé Benoît Hamon.

Car les frondeurs, dont le député des Yvelines est une des têtes d'affiche, sont toujours très remontés contre cette loi Macron qu'ils menaçaient de faire capoter en février dernier, forçant déjà Manuel Valls à recourir au 49-3 pour faire passer le texte en première lecture à l'Assemblée nationale. Ils sont même plus encore énervés. Benoît Hamon a ainsi confirmé qu'il aurait voté contre: "oui probablement, parce que les mesures de la première lecture étaient toujours là et qu'on en a rajouté". Dans son viseur, l'introduction du plafonnement des indemnités de licenciement abusif, par exemple, qu'il perçoit comme une "gestion prévisionnelle" desdits licenciements et dénonce comme "une commande de Bruxelles".

"Je pense qu'Emmanuel Macron croit en sa loi. Il paye une méthode qui est celle de Manuel Valls", a enfin taclé l'ex-ministre de l'Education nationale, étonnamment clément avec le ministre de l'Economie, qui avait dénoncé en février dernier les frondeurs comme un "foyer infectieux". Mais ce n'est que pour être plus sévère encore à l'égard du chef du gouvernement. Pour autant, Benoît Hamon a été très clair: non il ne votera pas la motion de censure de la droite. "Ça voudrait dire qu'on censure la politique éducative, de santé, de justice ou de la ville de ce gouvernement. Non", a-t-il  balayé. Le tout en justifiant que des "dizaines de parlementaires socialistes" prennent leurs distances avec une politique car celle-ci "fabrique du chômage", selon lui.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La politique du gouvernement "fabrique du chômage", a estimé Benoît Hamon.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-