Au nom de "l'unité nationale", Christophe Barbier évoque un renoncement à l'élection présidentielle

Auteur(s)
Axel Messaire, pour FranceSoir
Publié le 02 mars 2022 - 20:57
Image
Christophe Barbier
Crédits
AFP
Christophe Barbier et sa superbe écharpe rouge.
AFP

HUMEUR — Adepte des plateaux télévisés, des formules déplacées et de l'écharpe rouge, l'ancien directeur de la rédaction de l'Express Christophe Barbier a encore frappé. Vendredi 25 février, durant l'émission "C à vous", il posait ouvertement la question : « Est-ce qu'on change de président, de chef des armées, dans un moment de telle tension ? »

Emmanuel Macron, non candidat... mais encore président ?

Le président sortant n'a toujours pas officialisé sa candidature à la présidentielle 2022. Et pour cause ! Nous sommes (encore) en guerre, a-t-il signifié le 24 février dans une adresse aux Français.

Lire aussi : "Nous serons sans faiblesse" : Macron aux côtés de l'Ukraine face à la Russie

Pour le moment, la guerre se passe en Ukraine, et les soldats que la France a envoyés stationnent en Roumanie. L'implication française dans le conflit russo-ukrainien se limite pour l'instant aux "sanctions économiques" et à une forte communication en soutien au drapeau jaune et bleu, défendu par les armées du président et ancien comédien Zelensky.

Lire aussi : Le Maire s'en va-t-en guerre... en moonwalk

Toutefois, la menace n'est jamais bien loin, et les médias sont affolés. Une telle tension s'il en est, demande bien pour résister, une forme d'« unité ».

C'est ici qu'intervient Christophe Barbier. Depuis son plateau télévisé, il s'interroge : « Est-ce que cette élection ne va pas être escamotée et reconduite, au nom d'une stabilité nécessaire face à ces tourments du monde ? » Et d'enchaîner, un rien excité : « Ne devons-nous pas faire preuve d'unité nationale, qui annulerait cette élection ? C'est une vraie question ! » Selon lui, « les démocraties ne vont pas jusqu'au bout de leur logique dès qu'elles ont un peu peur. » Mais de quelle logique parle-t-on ? C'est une autre question.

« Cette guerre durera »

Emmanuel Macron a bien dit, dès le lendemain, que « cette guerre durera » et que « nous devons nous y préparer ». Une semaine plus tard, il prévoit de s'adresser à nouveau aux Français, ce mercredi soir à 20 h.

Si nul ne peut prévoir l'avenir, force est de constater qu'en suggérant souvent toujours le pire, Christophe Barbier a souvent eu le nez creux et nous a systématiquement préparés à ce qui devait arriver.

Il avait multiplié, bien avant la mise en place d'un passe sanitaire, puis vaccinal, les sorties choquantes qui semblaient préparer le terrain à la mise en place de mesures inconcevables en France jusque-là. En novembre 2020 déjà, il prédisait pour l'arrivée des vaccins : « Pour les complotistes, il faudra être plus malin... Il faudra avoir un certificat de vaccination comme un laissez-passer pour être dans la société ». Enhardi, il est allé crescendo, jusqu'à suggérer, en novembre 2021, des « administrations qui ont les noms des non-vaccinés ». Ces dernières confieraient « les fichiers à des brigades, des agents, des équipes », eux-mêmes chargés d’aller « frapper à la porte des gens ». Ces propos indignes, d'une outrance calculée, font sourire amèrement en écoutant ses appels à « l'unité ».

Alors, concernant l'élection à venir (ou pas), nouvelle prophétie autoréalisatrice ou non ?

Voir aussi : Christophe Barbier, ou le facho-centrisme

À LIRE AUSSI

Image
Christophe Barbier fait le poirier sur le plateau de BFMTV, le 3 janvier 2018.
Christophe Barbier, ou le facho-centrisme
TRIBUNE — Barbier et BFM ont franchi les limites de l’infamie ! Barbier a dit tout haut ce que macronistes et les Khmers roses verts pensent tout bas. N’ont-ils pas en...
06 novembre 2021 - 12:47
Opinions
Image
Militaires français.
La France n'est pas prête pour la guerre, selon un rapport parlementaire
Ce vendredi 25 février, Emmanuel Macron a annoncé l'accélération du déploiement de soldats français en Roumanie. Faut-il en conclure que la France est prête à engager ...
26 février 2022 - 13:35
Politique
Image
Debriefing Emmanuel Leroy
"Le déséquilibre entre la Russie et l'OTAN occidental s'est inversé" Emmanuel Leroy
L’action militaire de la Russie en Ukraine a entrainé une réaction unanime dans presque tout l'Occident, donnant souvent une image incomplète de la situation. Côté fra...
25 février 2022 - 20:31
Vidéos