Déchéance: Valls et Le Foll renvoient la "droite sénatoriale" à Abdeslam

Déchéance: Valls et Le Foll renvoient la "droite sénatoriale" à Abdeslam

Publié le 31/03/2016 à 14:47 - Mise à jour à 14:50
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Manuel Valls déploré mercredi l'"incapacité" de la droite et de la gauche à se rassembler sur la réforme constitutionnelle, disant "regrette(r) amèrement" que la droite sénatoriale ait refusé la "main tendue" de la majorité.

Manuel Valls et Stéphane Le Foll ont de nouveau attaqué ce jeudi 31 la "droite sénatoriale" après l'abandon de la réforme constitutionnelle sur la déchéance de la nationalité, les renvoyant au cas de Salah Abdeslam, citoyen français et seul survivant du commando des attentats du 13 novembre.

"Puisque la droite sénatoriale ne le permet pas, on ne pourra pas déchoir de la nationalité l'un des responsables des attentats du 13 novembre. Quelle responsabilité! Que peuvent penser les Français d'une telle attitude? Nous ne pourrons pas déchoir de la nationalité un Fançais, un Français mononational qui aurait commis des attentats terribles, quelle responsabilité!", a accusé Manuel Valls sur RTL.

Le Premier ministre s'en est également pris à "une partie de la gauche" qui "préférait l'échec plutôt que de voter une déchéance, pas pour un bi-national, pas pour un Français, pour un terroriste, pour un terroriste".

Invité d'Europe 1, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a renchéri: "j'ai regardé hier les images de la droite, de M. Raffarin qui était très heureux. Je rappelle à M. Raffarin que dans quelques jours ou quelques semaines, M. Abdeslam viendra à Paris s'expliquer devant les juges. Il a une nationalité, elle est française. Aujourd'hui, on peut déchoir de la nationalité des binationaux qui ont commis des délits pour terrorisme et pas celui qui aura participé, peut-être organisé, à des actes terroristes qui ont fait 130 morts".

"Quand les Français verront revenir" Abdeslam, "chacun pourra à ce moment-là penser au fait que sur une réforme constitutionnelle proposée par le président de la République, pour essayer de donner un cadre à l'état d'urgence et en même temps déchoir de la nationalité ceux qui ont commis des délits et des actes terroristes, et bien on n'aura pas les moyens de le faire", a insisté M. Le Foll, citant nommément M. Raffarin et Bruno Retailleau, "soutiens (respectifs) de Juppé et Fillon".

François Hollande avait proposé le 16 novembre l'extension de la déchéance de nationalité aux binationaux condamnés pour terrorisme "même s'ils sont nés français".

Après un débat très agité à gauche, l'Assemblée nationale avait élargi la mesure à tous les Français pour ne pas créer de "discrimination". Le Sénat à majorité de droite est revenu aux seuls binationaux afin de ne pas "créer d'apatrides", poussant François Hollande à renoncer à l'ensemble de la révision constitutionnelle.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Manuel Valls et Stéphane Le Foll ont de nouveau attaqué ce jeudi 31 la "droite sénatoriale" après l'abandon de la réforme constitutionnelle.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-