Européennes: Florian Philippot a proposé 300.000 euros à l'UPR pour faire liste commune

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 07 mai 2019 - 13:28
Image
François Asselineau lors du lancement de sa campagne pour les européennes le 5 avril 2019 à Strasbourg
Crédits
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives
Florian Philippot a proposé une alliance à François Asselineau pour les élections européennes.
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives

Florian Philippot, qui se présente aux élections européennes avec la liste des Patriotes, a proposé à François Asselineau, tête de liste UPR, d'allier leurs forces pour le scrutin du 26 mai prochain. Le président des Patriotes n'a pas obtenu gain de cause malgré les 300.000 euros mis sur la table.

Il a tenté une alliance, en vain. Dans le cadre des élections européennes qui se tiendront à la fin du mois, Florian Philippot a tenté de s'allier à l'UPR, le parti de François Asselineau qui fait aussi campagne sur le Frexit.

Le président des Patriotes a ainsi voulu "donner de la force au Frexit" et proposer une liste "50% UPR et 50% Patriotes" à François Asselineau d'après L'Opinion.

A voir aussi: Enquête ouverte contre Florian Philippot pour avoir décroché le drapeau européen

L'ancien bras droit de Marine Le Pen était même prêt à se sacrifier "pour la cause" et à ne prendre que la troisième place de la liste "alors même que nous sommes systématiquement devant eux dans les sondages", a-t-il ajouté.

Chaque parti aurait aussi apporté une contribution, soit 300.000 euros pour Les Patriotes. Mais le bureau national du parti créé au lendemain de l'élection présidentielle de 2017 a catégoriquement refusé une telle alliance.

Dans le même temps, L'Opinion dévoile qu'une offre similaire aurait été faite à Debout la France, menée par Nicolas Dupont-Aignan.

Le représentant des Patriotes Bertrand Dutheil de la Rochère aurait approché DLF en "évoquant la possibilité d'être 3e sur la liste" moyennant 400.000 euros.

Une information partiellement démentie par Les Patriotes qui assurent par la voix de Bertrand Dutheil de la Rochère que la question du financement ne s'est pas posée puisque les deux partis n'étaient pas d'accord sur le Frexit.

A lire aussi:

Européennes: une liste "gilets jaunes" rejoint la liste de Florian Philippot

Asselineau (UPR) juge "assez démagogique" de supprimer l'ENA