"Aucun de nous ne peut remercier l’Éducation nationale" : Jean-Michel Blanquer renvoyé dans ses buts par Evan Fournier

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Aucun de nous ne peut remercier l’Éducation nationale" : Jean-Michel Blanquer renvoyé dans ses buts par Evan Fournier

Publié le 17/08/2021 à 17:40
franceinfo.fr / gqmagazine
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Il n’y a pas que les élèves qui font des hors-sujets : le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a voulu profiter du succès des Français dans les sports collectifs aux Jeux olympiques de Tokyo. Le ministre a tenté d’expliquer que la réussite des équipes de France devait beaucoup au système scolaire français, que « ces sports étaient très pratiqués dans les écoles », ajoutant que cela « a beaucoup d’importance ».

Si les sportifs ne parlent pas souvent de politique, il faut reconnaître que certains osent et le font avec classe. Ici, Evan Fournier s’implique en politique et ne laisse pas passer la malhonnêteté du ministre : « Quand une connerie pareille sort, on est obligé de réagir », a-t-il expliqué au journal le Parisien.

Suite aux propos de M. Blanquer, l’arrière de l’équipe de France lui avait répondu deux fois sur Twitter, laissant alors découvrir sa frustration. 

La plateforme limitant les réflexions à 280 caractères favorise les raccourcis, aussi le médaillé d'argent à Tokyo a-t-il publié ce lundi 16 août une lettre au ministre dans le HuffPost, dans laquelle l’ancienne star du Magic d’Orlando explique que son avis est partagé par une majorité de ses collègues et coéquipiers, et revient sur trois points :

  • l’école française laisse de côté le sport,
  • les associations et les bénévoles sont ceux à qui les sportifs de hauts niveaux dans son domaine doivent le plus,
  • l’Amérique peut être un exemple à suivre pour l’implication de l’école dans la vie sportive des élèves.

Sans vouloir s'instituer comme porte-parole, le nouveau joueur des Knicks de New-York explique qu’aucun de ses « coéquipiers ne peut aujourd’hui remercier l’Éducation nationale pour lui avoir permis de jouer au basket. » Ajoutant que c’est le cas également pour le handball et le volley-ball, et regrettant que les cours de sports à l’école ne sont considérés comme de « simple commodités ».

Le ministre a-t-il tenu des propos insultants pour les associations et les bénévoles ? Evan Fournier reste très courtois dans sa lettre, pourtant c’est ce que l’on peut comprendre lorsque l’on écoute le respect que témoigne le natif du Val-de-Marne, dans l'entretien au Parisien : « le basket français vit grâce aux clubs, aux bénévoles, aux camps de basket. Gamin, j’ai eu la chance de tomber dans un très bon club. C’est ça qui fait vivre ce sport, pas l’école ».

Jean-Michel Blanquer ne pensait pas qu’il ouvrirait une boîte de Pandore avec ce passage chez Europe 1, dont l’extrait a été vu par près de deux millions de fois sur Twitter.

La star de l’équipe de France a profité de cette lettre, non pas pour humilier ce dernier, mais pour l’inciter à améliorer la place du sport dans le système scolaire : « il n’est pas trop tard pour reconsidérer la place des activités sportives, pour trouver du budget et proposer un accès et une place plus importante à nos jeunes sportifs. »

L’athlète s’appuie sur son expérience américaine pour étayer son propos. Présent aux États-Unis depuis neuf années, il observe que leur « système scolaire offre un accès privilégié au sport avec une réelle reconnaissance pour ses athlètes dès le plus jeune âge ! Bien qu’étant imparfait, il permet à de jeunes sportifs ambitieux de poursuivre leurs études, avec l’octroi de bourses dans les plus prestigieuses universités du pays. Ce système universitaire est doublement bénéfique puisqu’il offre une réelle possibilité à certains jeunes de devenir sportifs professionnels sans pour autant délaisser leurs études. Il fait du sport un réel vecteur social et éducatif. »

Si Jean-Michel Blanquer espérait se faire mousser sur le dos des succès français, il en ressort avec des devoirs maisons sur l'humilité. Le revers de la médaille...

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Evan Fournier et Jean-Michel Blanquer ne voient pas l'Éducation nationale de la même manière

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-