"Je fonce et j'écrase toute cette merde" : l'appel à la violence islamophobe d'un élu du Pontet

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 08 août 2019 - 12:41
Image
Photo de la page d'accueil de Facebook, sur laquelle sont projetées des figurines, le 12 mai 2012
Crédits
© Joël SAGET / AFP/Archives
Christian Rippert, ancien élu du Rassemblement national de la ville du Pontet, s'est livré à un appel au meurtre sur son compte Facebook.
© Joël SAGET / AFP/Archives

Christian Rippert, ancien élu du Rassemblement national de la ville du Pontet, s'est livré à un appel au meurtre sur son compte Facebook fin juillet. En commentaire d'une publication montrant des musulmans en train de prier dans la rue, il avait écrit "je fonce et j'écrase toute cette merde"

 

Les propos tenus par le conseiller municipal du Pontet sont d'une rare violence. Christian Rippert, ancien élu du Rassemblement national qui fait toujours partie de la majorité dans la ville du Vaucluse, s'est fendu d'un commentaire relevant de l'appel à la violence et de l'apologie du terrorisme sur Facebook, le 29 juillet dernier.

En commentaire de deux photos, l'une montrant un camion et l'autre des fidèles musulmans pratiquant une prière dans la rue, accompagnée de la légende suivante: "Tu es au volant de ce camion, tout d'un coup tu arrives dans une petite ruelle étroite et tu vois ça", le conseiller municipal a écrit: "Je fonce et j'écrase toute cette merde". A noter que les autres commentaires des internautes sous cette publication sont du même acabit.

Comme le rapporte France Bleu Vaucluse, l'affaire embarrasse la mairie RN du Pontet dont le standard "ne cesse de sonner". "Christian Rippert les a tenus à partir de son compte Facebook personnel et dans le cadre de sa vie privée", a expliqué Joris Hébrard, le maire du Pontet qui "ne cautionne en aucune manière ce commentaire" qu'il a jugé "stupide". L'édile a ajouté que son conseiller municipal avait été convoqué pour s'expliquer.

Lire aussi – Marlène Schiappa "réfléchit pendant qu'elle suce", le dérapage d'un élu RN

Eric Moustaqil, président de SOS Racisme dans le Vaucluse, a fait savoir à la radio qu'une plainte va être déposée contre l'élu. "Que chacun prenne ses responsabilités : cet élu doit démissionner pour une question de probité. La justice, elle, doit sanctionner cet appel à la haine raciale, et je lui fais confiance en tant que républicain et laïc", a-t-il précisé.

Jointe par France Bleu, la direction du Rassemblement national dans le département a fait savoir que Christian Rippert n'appartenait plus au parti de Marine Le Pen depuis 2017.

Voir:

Décès du maire de Signes: le dérapage raciste d'une élue d'extrême-droite

Insultes racistes contre un policier: un militant d'extrême droite condamné

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Castex
Jean Castex, espèce de “couteau suisse” déconfiné, dont l'accent a pu prêter à la bonhomie
PORTRAIT CRACHE - Longtemps dans l’ombre, à l’Elysée et à Matignon, Jean Castex est apparu comme tout droit venu de son Gers natal, à la façon d’un diable sorti de sa ...
13 avril 2024 - 15:36
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.