Le général Lecointre quittera ses fonctions après le 14 juillet

Auteur(s)
FranceSoir
Publié le 14 juin 2021 - 19:59
Image
Le Général Lecointre au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro
Crédits
RTL-Silver Gerard
Le Général Lecointre au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, hier 13 juin.
RTL-Silver Gerard

Quatre ans seulement après la démission de Pierre de Villiers, son successeur François Lecointre quitte lui aussi les fonctions de chef d'état-major des armées.

La démission de Pierre de Villiers

En juillet 2017, le général Pierre de Villiers, alors chef détat-major des armées, démissionnait de ses fonctions suite à un désaccord sur la gestion du budget de la Défense. Cette décision, sans précédent depuis 1958, avait notamment fait grand bruit du fait des tensions entre le chef d'État-Major et le nouveau président Emmanuel Macron. Le premier écrivait : « Parce que la confiance expose, il faut de la lucidité. Méfiez-vous de la confiance aveugle ; qu’on vous l’accorde ou que vous l’accordiez. Elle est marquée du sceau de la facilité ». Le président de lui répondre : « La République ne marche pas comme cela. Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change ».

Le 20 juillet 2017, c'est sous une haie d'honneur et sous les applaudissements des militaires que Pierre de Villiers quitte le ministère des armées. Un peu plus tard, lui que Christophe Castaner appelait le "poète revendicatif", écrivait ses "lettres à un jeune engagé".

Au tour de François Lecointre

Dernièrement, il avait dû affronter la tourmente de la fameuse tribune des militaires qui dénonçait le "délitement de la France". Jean-Pierre Fabre-Bernadac, lui-même à l'origine de cette tribune, faisait allusion aux positions du CEMA dans son entretien sur le plateau de France Soir, assurant qu'ils auraient pu se retrouver. Pourtant, de son côté, alors qu'il avait quelques mois auparavant encouragé les militaires à s'exprimer publiquement, le général Lecointre assurait que les signataires risquaient la radiation. Des propos qui lui ont valu les foudres de guerre du général Christian Piquemal : "Vous êtes le Chef d'état-major des Armées et à ce titre votre premier devoir est de défendre et soutenir les militaires d'active ou retraités. Manifestement vous préférez la chasse aux sorcières."

Voir aussi : Jean-Pierre Fabre-Bernadac : "L'État doit prendre ses responsabilités"

Une carrière remarquable

Voilà un point sur lequel tout le monde s'accordait. Nommé CEMA en 2017 à la suite de Pierre de Villiers, le général Lecointre étudie d'abord à Saint-Cyr et est nommé au grade de capitaine en 1991. Dans la même année, il s'engage dans la première guerre du Golfe en Irak, puis dans l'opération Iskoutir pendant deux ans. Entre autres opérations, il s'illustre pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine lors du combat pour le pont de Vrbanja, à l'issu duquel il est fait chevalier de la Légion d'honneur. Puis, il enseignera la tactique militaire à Saint-Cyr, rejoindra le cabinet du ministre de la Défense, sera nommé général de division.

Chef d'état-major des armées

Ensuite, nommé CEMA à l'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, le général Lecointre précisait : « Je n'ai pas été nommé pour retisser les liens entre la nation et les armées ». Il connaîtra donc quelques désaccords avec le gouvernement au cours de ses quatre années de service, mais semble partir sans animosité. Selon ses dires, le président lui aurait demandé de rester, mais il préfére ne pas politiser la fonction, et donc dissocier son calendrier de celui du président. Aussi, il cèdera sa place après le 14 juillet prochain.

Voir aussi : Le général Lecointre va passer le commandement des armées au général Burkhard

Entre temps, il devra assumer la lourde tâche de préparer la fin de l'opération Barkhane. Après huit années de lutte contre le terrorisme, les résultats de cette opération sont mitigés et le départ de l'armée française sonne comme un échec.

En 2018, il observait "un monde en état de crise permanent lié aux enjeux énergétiques et environnementaux, d’une part, et à l’explosion démographique, d’autre part" et soumis à "une hausse de la conflictualité". Trois ans plus tard, il condamne les propos tenus par les généraux signataires de la tribune précédemment mentionnée, s'avouant tout de même affecté par les mentions personnelles.

Voir aussi : Tribune controversée : six généraux convoqués devant un "conseil supérieur"

Malgré tout, il assure que son départ n'a rien à voir avec ces deux événements coïncidants.

À LIRE AUSSI

Image
Jean-Pierre Fabre-Bernadac
Jean-Pierre Fabre-Bernadac : "L'Etat doit prendre ses responsabilités"
Jean-Pierre Fabre-Bernadac, ancien capitaine de gendarmerie et officier de l'armée de terre, est à l'origine de la tribune de militaires qui a maintenant recueilli plu...
06 mai 2021 - 19:46
Vidéos
Image
Le général radié Christian Piquemal, à Boulogne-sur-Mer, le 12 mai 2016
Tribune controversée : six généraux convoqués devant un "conseil supérieur"
Six généraux signataires d'une tribune controversée sur le "délitement" de la France ont reçu une convocation à comparaître devant un "conseil supérieur" militaire, se...
12 juin 2021 - 15:35
Politique
Image
Le général Francois Lecointre et Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet en 2020 à Paris
Le général Lecointre va passer le commandement des armées au général Burkhard
En fonction depuis quatre ans, le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre, va quitter ses fonctions et être remplacé par l'actuel chef d'état-major...
13 juin 2021 - 14:00
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don