Loi Travail: "30 à 40" députés de la majorité "disent qu'ils ne voteront pas" le texte, déclare Bruno Le Roux

Loi Travail: "30 à 40" députés de la majorité "disent qu'ils ne voteront pas" le texte, déclare Bruno Le Roux

Publié le 09/05/2016 à 11:08 - Mise à jour à 11:18
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Contesté dans la rue, le projet de réforme du code du travail n'emballe pas plus à l'Assemblée. D'après Bruno Le Roux, président du groupe socialiste dans l’hémicycle, "30 à 40" députés de la majorité "disent qu'ils ne voteront pas" le texte tel qu'il est proposé aujourd'hui.

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a indiqué ce lundi 9 sur Europe 1 que "30 à 40" députés de la majorité "disent qu'ils ne voteront pas" la loi Travail, rendant son adoption "difficile". "Ceux qui disent qu'ils ne la voteront pas aujourd'hui, ils sont une trentaine, 30 à 40. Et en joignant leurs voix à la droite, pour des raisons différentes, ils rendent difficile aujourd'hui l'adoption de ce texte", a déclaré M. Le Roux.

"Il y a une majorité à gauche sur ce texte, une large majorité à gauche (…) et si ce texte est aujourd'hui mis en danger, (…) c'est bien parce qu'une partie de la gauche a décidé de s'allier à toute la droite pour essayer d'empêcher le gouvernement de réformer", a-t-il poursuivi. "Il ne pourra pas être question de dénaturer ce texte. Et la conjonction des oppositions pour empêcher, ça ne fait pas un équilibre. Ce texte aujourd’hui est équilibré", estime le président du groupe socialiste. "L'objectif n'est pas le 49.3, l'objectif c'est l'équilibre de ce texte et si nous devons en passer par là, c'est que nous aurions été obligés, par une conjonction des contraires", affirme-t-il.

Contesté dans la rue, le projet de loi de réforme du code du travail entre dans sa deuxième semaine d'examen à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre Manuel Valls a refusé de renoncer à un possible recours à l'article 49.3 de la Constitution, comme le réclamaient des députés socialistes. Cet article permet au gouvernement de faire adopter un texte sans vote à condition d'échapper à une motion de censure.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




D'après Bruno Le Roux, "une partie de la gauche a décidé de s'allier à toute la droite pour essayer d'empêcher le gouvernement de réformer".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-