Loi Travail : la situation des frondeurs doit être clarifiée, estime Jean-Marie Le Guen

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 12 mai 2016 - 12:09
Image
Jean-Marie Le Guen.
Crédits
©IBO/Sipa
"Ce n'est pas une question anodine", a déclaré Jean-Marie Le Guen quant à la situation des frondeurs.
©IBO/Sipa
Alors que certains frondeurs ont essayé de déposer une motion de censure de gauche contre le gouvernement sur la loi Travail, Jean-Marie Le Guen a demandé à ce qu'on clarifie leur situation. "Je pense que c'est allé trop loin", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, tout en refusant d'appeler explicitement à exclure les parlementaires frondeurs du groupe PS, voire du parti.

Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a appelé ce jeudi 12 sur iTÉLÉ à "clarifier" la situation des frondeurs au PS, dont certains ont tenté de déposer une motion de censure de gauche contre le gouvernement sur le projet de loi Travail. "Je pense que c'est allé trop loin. Je suis témoin de l'exaspération de l'énorme majorité de députés socialistes qui ne comprennent pas cette absence de fraternité, de solidarité, de parlementaires qui font de la flibuste", a dit M. Le Guen.

"Je pense que les choses, à un moment ou un autre, doivent être clarifiées", a-t-il poursuivi, se "tournant vers ceux qui sont en responsabilité pour voir ce qu'il convient de faire" tout en refusant d'appeler explicitement à exclure les parlementaires frondeurs du groupe PS, voire du PS. Les frondeurs, et notamment les 23 députés PS qui ont signé mercredi 11 le projet de "motion de censure de gauche" contre le gouvernement, "concilient" d'après Jean-Marie Le Guen "la présence parfois confortable à l'intérieur d'un grand parti et la facilité qui consiste à voter presque tout le temps contre les orientations et les décisions de ce parti".

"Pour nous-mêmes, la question des règles collectives se pose", a poursuivi le ministre, ajoutant aussitôt que ce n'était pas son "rôle en tant que ministre du gouvernement de poser la question". Doivent-ils être "virés" du groupe PS voire du PS? "Ce n'est pas dans mes fonctions personnelles" que d'appeler à cela. "Ce n'est pas une question anodine", a-t-il poursuivi, mais "ce n'est pas à moi d'apporter la réponse." Les frondeurs "qui votent pratiquement systématiquement depuis 2012 contre le gouvernement (...), je ne vais pas vous dire qu'il sont dans la majorité, je ne le crois pas, je ne le constate pas." Pour M. Le Guen, cette "fronde" au Palais Bourbon s'explique par cette gauche qui "se trouve d'autant plus belle qu'elle se situe dans son indignation, sans assumer la difficulté de la gestion du pays".

Alors que quatre anciens ministres, Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Thomas Thévenoud (tous trois PS ou ex-PS) et Cécile Duflot (écologiste) figuraient parmi les signataires de ce projet de motion de censure, M. Le Guen y a vu "une génération qui n'a pas été capable d'assumer les responsabilités dont je parle. C'est un échec collectif et douloureux. Ces personnalités n'ont pas été capables d'assumer les contradictions du pouvoir."

Sur Europe-1, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a jugé que les cosignataires PS du projet de motion de gauche ont pris "une responsabilité lourde, très lourde". Faut-il des sanctions? "Le PS a des règles, il y a des instances au PS, ça, ça nécessite des votes", a répondu le ministre de l'Agriculture. Pour lui, si ces députés "s'en vont, ce serait la logique. Parce que le fait d'être au PS garantit quand même pour beaucoup les possibilités d'être élu. On ne peut pas toujours contester le PS et le gouvernement et en même temps être dans cette situation où lorsqu'on se présente, on se présente avec une étiquette".

À LIRE AUSSI

Image
Un code du travail.
Loi Travail : la motion de censure de la droite débattue ce jeudi
Alors que des manifestations sont programmées ce jeudi un peu partout en France pour protester contre la loi Travail, la motion de censure de la droite contre le gouve...
12 mai 2016 - 09:12
Politique
Image
L'Assemblée nationale remplie.
Loi Travail : la motion de censure des frondeurs échoue mais laisse des traces
Les députés frondeurs n'ont pas obtenu les 58 signatures nécessaires au dépôt d'une motion de censure, mais il s'en est fallu de peu. La loi Travail devrait donc être ...
11 mai 2016 - 22:38
Politique
Image
L'Assemblée nationale.
Loi Travail et 49-3 : pas de motion de censure de gauche, à deux signatures près
Il aura manqué deux voix aux frondeurs PS pour déposer leur motion de censure contre le gouvernement. "Nous ne serons pas en mesure" de déposer une motion de censure c...
11 mai 2016 - 19:01
Politique

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
bayrou
François Bayrou, baladin un jour, renaissant toujours
PORTRAIT CRACHE - François Bayrou, député, maire de Pau et plusieurs fois ministres, est surtout figure d’une opposition opportuniste. Éternel candidat malheureux à la...
20 avril 2024 - 10:45
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.