Loi Travail: plusieurs milliers de personnes dans la rue pour réclamer son abrogation

Loi Travail: plusieurs milliers de personnes dans la rue pour réclamer son abrogation

Publié le 15/09/2016 à 13:42
©Alain Jocard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Plusieurs milliers de personnes manifestent ce jeudi en France pour réclamer l'abrogation de la loi Travail. Dans le même temps, les syndicats ont lancé des appel à la grève dans la fonction publique, à La Poste, chez Air France, France télévisions ou les intermittents du spectacle. A la SNCF et à la RATP, le trafic était normal. Dans le ciel, en revanche, plus de 20% des vols ont été annulés en début de matinée à l'aéroport d'Orly.

"Montrer qu'on est toujours là et qu'on n'est pas d'accord": plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler ce jeudi 15 en régions pour réclamer l'abrogation de la loi Travail, qui aura déclenché des mois d'affrontements politiques et de conflit social sans faire plier l'exécutif. Belfort, Tours, Marseille, Nantes, Rennes, puis Paris à partir de 14h: meetings et manifestations sont prévus dans plus de 110 villes. Des employés d'Alstom manifestent le 15 septembre 2016, à Belfort. A Belfort, des centaines de personnes défilaient en fin de matinée pour garder l'activité d'Alstom dans la ville et "marquer le coup", en cette journée nationale de mobilisation contre la loi travail, la 13e depuis mars.

En marchant à Nantes, Rebecca, 32 ans, déjà quelques manifs derrière elle, a voulu pour cette dernière grande manifestation syndicale "montrer qu'on est toujours là et qu'on n'est pas d'accord".  A Marseille, quelques milliers de personnes battaient le pavé. "On va leur montrer que loi ou pas, ils nous trouveront toujours face à eux", a expliqué François Roche, délégué du personnel CGT chez Airbus Helicopters. Ils étaient entre 1.500 et 2.000 (selon les syndicats) à Tours, avec une banderole de tête proclamant: "Non à la loi Travail/oui au progrès social", 3.000 à Rennes...

Des appels à la grève ont été lancés dans la fonction publique, à La Poste, chez Air France, France télévisions ou les intermittents du spectacle. A la SNCF et à la RATP, le trafic était normal. Dans le ciel, en revanche, plus de 20% des vols étaient annulés en début de matinée à l'aéroport d'Orly et un retard moyen de 20 minutes était enregistré, selon des sources aéroportuaires. "Face à une telle loi, on ne peut pas attendre la présidentielle (...) il faut que les salariés se mobilisent dans la rue", a dit sur Franceinfo Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT. Pour Jean-Claude Mailly, son homologue à FO interrogé sur France 2, la loi travail est "un ratage complet sur la méthode et le fond" qui va "laisser des traces" dans la majorité et suscite "beaucoup d'amertume" parmi les salariés qui ont battu le pavé pendant plusieurs mois.

Ce dernier s'attend à voir "moins de monde" dans la rue. Lors de la précédente journée, le 5 juillet, à peine 30.000 personnes avaient manifesté dans toute la France, selon la police, qui en a recensé entre 6.500 et 7.500 à Paris (45.000 dans la capitale, selon les syndicats). Après avoir réclamé, en vain, pendant des mois, le retrait de ce texte qu'ils considèrent comme source de "dumping social", les deux leaders marcheront à nouveau de conserve à Paris, entre Bastille et République, pour demander son abrogation. Ils auront à leurs côtés les responsables de FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl. Avec près de 1.200 policiers mobilisés, selon une source policière, les forces de l'ordre seront au rendez-vous, les précédentes journées ayant été émaillées de violences.

Treize journées de mobilisation depuis mars, une pétition record, des sondages montrant la désapprobation des Français, recours à l'article 49-3 pour faire passer le texte sans vote au Parlement... : cette réforme, une des dernières du quinquennat, a connu un parcours particulièrement agité. Fort du soutien de la CFDT, l'exécutif est resté inflexible, défendant un texte de "progrès social" et le présentant comme une solution pour lutter contre le chômage. Après le baroud d'honneur dans la rue de ce jeudi, les syndicats opposés au texte n'ont pas prévu de nouvelle date de mobilisation. Mais ils espèrent maintenir la pression, en entreprise et devant la justice.

Ils travaillent sur des recours possibles, notamment à travers des questions prioritaires de constitutionnalité, et se préparent à bloquer, dans les entreprises, tout accord permettant d'appliquer la loi: "il ne faut pas que la loi rentre dans les entreprises", a martelé ce jeudi M. Martinez. A quelques mois de la présidentielle, le gouvernement veut aller vite sur ce dossier épineux. La plupart des décrets, dont les plus décriés (temps de travail, référendum en entreprise, accords offensifs), doivent être publiés en octobre. La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a reconnu récemment "des erreurs au lancement de cette loi", mais s'est également dite "fière des droits nouveaux qu'elle instaure, en particulier un droit universel à la formation pour tous nos concitoyens".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Belfort, Tours, Marseille, Nantes, Rennes, puis Paris à partir de 14h: meetings et manifestations sont prévus dans plus de 110 villes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-