Marine Le Pen: le référendum hongrois "change la problématique de la souveraineté nationale"

Marine Le Pen: le référendum hongrois "change la problématique de la souveraineté nationale"

Publié le 03/10/2016 à 10:10
©Frederik Florin/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pour Marine Le Pen, le référendum hongrois contre les migrants est un nouveau signe du caractère "inadmissible" du pouvoir de la Commission européenne sur cette question.

Marine Le Pen a estimé lundi que le référendum antimigrants, organisé dimanche en Hongrie et invalidé faute de participation suffisante, "change la problématique de la souveraineté nationale", jugeant "inadmissible que ce soit la Commission européenne qui décide de la politique migratoire".

"95% des Hongrois qui ont voté ont dit +Nous souhaitons maîtriser notre destin+", a déclaré la présidente du Front national sur France 2. "Il est inadmissible que ce soit la Commission européenne qui décide de la politique migratoire. Il est inadmissible que la Commission européenne décide qui peut entrer sur un territoire national, qui peut s'y maintenir. C'est au peuple et à lui seul de décider".

Le référendum organisé dimanche en Hongrie pour contester la politique de relocalisation de réfugiés au sein de l'UE a recueilli 98,3% de suffrages opposés à cette mesure mais est invalide car seuls 39,9% des inscrits se sont exprimés, selon des chiffres officiels presque définitifs.

"Si l'intégralité des pays de l'Union européenne était interrogée sur la politique de la Commission qui leur impose des migrants, l'intégralité des peuples dirait non", a assuré Mme Le Pen.

Elle a également fustigé la "détestation qui existe aujourd’hui de la part de la classe européiste pour le référendum".

"Oublier la voie du référendum, c'est oublier 50% du fondement de la démocratie française", a-t-elle déclaré. "Je n'ai pas peur du référendum parce que je n'ai pas peur du peuple, à la différence de tous ceux de la classe politique, de Nicolas Sarkozy à François Hollande. Je n'ai pas peur du peuple parce qu'il est le seul souverain".

Marine Le Pen entend notamment organiser un référendum sur l'appartenance de la France à l'Union européenne si elle est élue présidente de la République en 2017.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Oublier la voie du référendum, c'est oublier 50% du fondement de la démocratie française" a-t-elle fustigé.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-