Migrants: les annonces de Manuel Valls à Calais

Migrants: les annonces de Manuel Valls à Calais

Publié le 31/08/2015 à 13:34 - Mise à jour à 13:44
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Manuel Valls s'est exprimé sur les mesures à prendre face à l'afflux de migrants en France et en Europe, lors de sa visite à Calais (Pas-de-Calais) ce lundi. Il a notamment plaidé pour une solution européenne à une question qui concerne tous les Etats membres.

"L'Europe et la France avons devant nous une immense responsabilité. (…) Ces morts aux portes de l'Europe et sur son sol ne cessent de nous le rappeler". C'est sur un ton grave que Manuel Valls a débuté son allocution consacrée à la crise migratoire, ce lundi 31 à Calais. Il a souligné qu'il s'agissait là d'une "crise d'une exceptionnelle gravité (…) qui sera longue" et d'un "défi" pour l'Europe.

Le Premier ministre a salué l'action des forces de l'ordre, des collectivités locales et des associations, mais en a surtout appelé à une action collective des pays européens: "Toute l'Europe est concernée par cette crise (…). Elle doit donc se mobiliser". Une mobilisation, qui selon lui, doit également concerner les candidats à l'adhésion à l'Union européenne. Il a demandé à ce que les pays "de première entrée" (Grèce et Italie notamment) ne soient pas abandonnés.

Bien que la répartition des migrants par quotas dans les Etats membres ait été abandonnée, Manuel Valls a demandé une "répartition équitable de l'accueil des personnes éligibles au droit d'asile. De trop nombreux pays le refusent. C'est contraire à l'esprit européen. L'Europe ne peut pas l'accepter".

Reprenant son discours de La Rochelle lors de l'université d'été du PS de dimanche 30, le Premier ministre a appelé à traiter les migrants avec "humanité, responsabilité et fermeté". Il a rappelé la distinction entre les immigrés clandestins, qui doivent "être raccompagnés dans leur pays d'origine", et les réfugiés, qui peuvent bénéficier de l'asile.

Il a d'ailleurs demandé la création de "hot spots" dans les pays de première entrée. Ces centres auront pour mission de distinguer qui relève de quel régime. Cela nécessitera cependant une harmonisation européenne de la liste des pays "sûrs" dont les ressortissants ne peuvent se voir accorder l'asile.

Le Premier ministre a également proposé le déploiement de gardes-frontières européens: "Schengen, ce n'est pas seulement l'abolition des frontières internes, mais aussi la protection des nos frontières externes. Il en va de notre survie".

Pour attaquer le mal "à la racine", Manuel Valls demande aussi que des solutions soient trouvées avec les pays d'origine et de transit des migrants. Il a également rappelé que 177 réseaux de passeurs avaient été démantelées en 2015. "C'est autant en sept mois que sur toute l'année 2014".

S'il a reconnu un aspect "symbolique" a sa visite à Calais, Manuel Valls a tenu à souligner que "l'Etat n'abandonne pas et n'abandonnera pas les Calaisiens".

Le Premier ministre était accompagné de deux commissaires européens et de Bernard Cazeneuve, son ministre de l'Intérieur. Ce dernier rencontrera ses homologues européens le 14 septembre à Bruxelles pour une réunion d'urgence sur la question des migrants. La Commission européenne a par ailleurs annoncé ce lundi accorder à la France une aide pouvant aller jusqu'à cinq millions d'euros, pour faire face au problème des migrants, notamment ceux de Calais.

 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Toute l'Europe est concernée par cette crise. Elle doit donc se mobiliser", a déclaré Manuel Valls à Calais, ce lundi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-