Nicolas Sarkozy: les manifestants de "Nuit Debout" "n'ont rien dans le cerveau"

Nicolas Sarkozy: les manifestants de "Nuit Debout" "n'ont rien dans le cerveau"

Publié le 26/04/2016 à 17:49 - Mise à jour à 17:57
©LionelBonaventure/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

En réunion publique à Nice, Nicolas Sarkozy a vivement critiqué les manifestants de "Nuit Debout","des gens qui n'ont rien dans le cerveau" et "viennent sur la Place de la République donner des leçons à la démocratie française", selon lui. Le président des Républicains en a également profité pour évoquer son éventuelle candidature à la primaire de la droite, se refusant à "précipiter le calendrier".

Le président des Républicains Nicolas Sarkozy a stigmatisé mardi 26 à Nice lors d'une réunion publique les participants aux "Nuit Debout", "des gens qui n’ont rien dans le cerveau et qui viennent (...) donner des leçons". "Nous ne pouvons pas accepter que des gens qui n’ont rien dans le cerveau viennent sur la Place de la République donner des leçons à la démocratie française", a-t-il lancé. "La situation du pays est bien plus grave que ce que l’on dit", a décrit M. Sarkozy. "Il y a des jeunes Français éduqués en France qui en sont venus à haïr la France, il y a l’état d’urgence, il y a des casseurs tous les soirs place de la République. On incendie, on brûle, on bafoue l’autorité de l’État", a-t-il encore déclaré.

La réunion électorale en plein air s'est déroulée avec en fond sonore un concert de casseroles organisé par des militants locaux du mouvement Nuit Debout, massés à l'extérieur du jardin public où s'exprimait M. Sarkozy. Le président des Républicains qui se donne "une année pour, ensemble, lever l’immense armée de tous ceux qui veulent l’alternance" en 2017 a mis en garde son propre camp contre les risques de la division. "Nous n’avons pas à précipiter le calendrier. Le dépôt des candidatures, c’est le 9 septembre, les parrainages le 21 et le vote le 29 novembre. Vous imaginez si, aujourd'hui, je devais être candidat, alors que chaque matin, ou presque, un nouveau candidat se présente?", a-t-il expliqué à propos de son éventuelle candidature à la primaire à droite pour la présidentielle.

Mais "je n’ai pas l’habitude d’être en retard", a-t-il poursuivi lors de ce déplacement en soutien à Marine Brenier, qui se présente les 22 et 29 mai à une législative partielle dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, après la démission de Christian Estrosi, maire LR de Nice et président de la région Paca. M. Sarkozy a promis que son parti présenterait d'ici juin un "projet fort" en vue de 2017, expliquant qu’il fallait "refonder l’Europe" et "baisser les impôts". "Si nous faisions comme les socialistes au moment où la pensée de gauche vole en éclats, alors nous nous retrouverions dans la situation de l’Autriche où, à cause de la pensée unique, le peuple n’a plus le choix qu’entre l’extrême droite et un bobo non identifiable !", a-t-il dit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




A Nice, Nicolas Sarkozy a mis en garde son propre camp contre les risques de la division.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-