Nucléaire: la centrale de Fessenheim ne fermera pas avant 2018

Auteur(s)
AZ
Publié le 08 septembre 2015 - 19:18
Image
La centrale nucléaire de Fessenheim.
Crédits
©Michelle Tantussi/Sipa
La centrale nucléaire de Fessenheim devra fermer en 2018.
©Michelle Tantussi/Sipa
Alors que François Hollande avait promis de fermer la centrale de Fessenheim avant la fin de son quinquennat, en 2017, elle ne fermera finalement ses portes qu'un an plus tard, a annoncé ce mardi la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal.

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) a encore une fois été repoussée. Alors que François Hollande avait promis de fermer le plus vieux réacteur de France d'ici à 2017, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a indiqué ce mardi 8 lors d'une visite à Strasbourg que la centrale ne fermerait pas avant 2018. En cause: la loi de transition énergétique, votée en juillet au Parlement, qui prévoit désormais un plafonnement des capacités électronucléaires à son niveau actuel de 63,2 gigawatts (GW).

"Il y a l'application de la loi, c'est assez simple maintenant puisque, effectivement, il y a un plafonnement de la production d'énergie nucléaire", a indiqué la ministre, avant de préciser que Fessenheim fermerait ses portes lorsque l'EPR de Flamanville (Manche) -l'un des réacteurs de nouvelle génération les plus puissants au monde- sera ouvert, "d'ici à 2018". En parallèle, la ministre est également revenue sur la polémique autour des 5 milliards d'euros d'indemnités qu'EDF réclamerait à l'Etat au titre de la fermeture de la centrale. D'après elle, cette information est "sans fondement". "Aucune évaluation" n'a été réalisée à ce jour, a-t-elle encore affirmé.

La semaine dernière déjà, Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF, avait repoussé au quatrième trimestre 2018 le démarrage de l'EPR de Flamanville, en raison de plusieurs anomalies techniques récentes. Puis il avait annoncé un nouveau devis de 10,5 milliards d'euros, contre 3,3 initialement prévus en 2007.

A l'annonce de ce nouveau report, le quatrième du genre, plusieurs responsables politiques et élus écologistes se sont indignés. Parmi eux, la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts Emmanuelle Cosse, qui a estimé qu'il "faudrait arrêter de lier Fessenheim à Flamanville". Même son de cloche pour Jean-Luc Mélenchon, du Front de gauche, encore une fois très critique à l'égard de la politique du gouvernement: "Sur le nucléaire comme sur le reste, les promesses de François Hollande et du PS n'engagent que les naïfs", a-t-il déclaré dans un communiqué

Ces annonces interviennent alors que le président de la République avait renouvelé, en mars dernier, sa promesse d'engager la fermeture de Fessenheim, en activité depuis 1977, "à l'horizon de la fin du quinquennat", soit en 2017. 

 

À LIRE AUSSI

Image
François Hollande.
François Hollande à Istres: "le temps de la dissuasion nucléaire n'est pas dépassé"
Le président de la République a prononcé, ce jeudi sur la base aérienne d'Istres, un discours sur la dissuasion militaire française. François Hollande a annoncé que le...
19 février 2015 - 18:23
Politique
Image
François Hollande à bord du sous-marin nucléaire "Le Terrible" en 2012.
François Hollande à Istres ce jeudi pour un discours sur la dissuasion nucléaire
Le président de la République est attendu à la base militaire d'Istres ce mercredi pour une longue conférence de presse consacrée à la dissuasion nucléaire. Il devrait...
19 février 2015 - 10:25
Politique
Incendie à la centrale nucléaire de Paluel
Un incendie s'est déclenché jeudi 2 au soir sur le site de la centrale nucléaire de Paluel, en Seine-Maritime. Le sinistre, survenu dans un secteur non-nucléaire, n'a ...
03 juillet 2015 - 10:45
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don