Pour Pénicaud, le burn-out n'est pas "une maladie professionnelle"

Pour Pénicaud, le burn-out n'est pas "une maladie professionnelle"

Publié le 13/02/2018 à 10:46 - Mise à jour à 11:02
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Invitée lundi sur le plateau de BFMTV, Muriel Pénicaud a estimé que le burn-out n'était pas "une maladie professionnelle". La ministre a reconnu que certains facteurs au travail pouvaient aggraver la situation affirmant toutefois que ce syndrome devrait être lié "à 100% au milieu professionnel" pour être reconnu.

Le stress, la fatigue et la dépression touchent de nombreux salariés en France, un état d'épuisement professionnel que l'on appelle le burn-out. Identifié dans les années 1970, ce syndrome se retrouve souvent au centre des préoccupations et depuis plusieurs mois, certains élus souhaitent qu'il soit reconnu comme une maladie professionnelle. Interrogée sur la question, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, s'est toutefois montrée claire sur le sujet.

Invitée lundi 12 sur le plateau de BFMTV, elle a estimé qu'il ne s'agissait pas d'une maladie professionnelle. "Toute la communauté médicale, dont l'OMS, dit que ce n'est pas une maladie professionnelle", a-t-elle expliqué précisant toutefois qu'il pouvait "se développer dans le monde du travail bien sûr". Devant Jean-Jacques Bourdin, la ministre a ensuite reconnu que certains facteurs au travail pouvaient aggraver la situation mais que le burn-out devait être lié à "100% au milieu professionnel" pour être reconnu.

Enfin, Muriel Pénicaud a expliqué être en accord avec les déclarations de Laurent Berger. Le secrétaire général de la CFDT a estimé que "le vrai sujet" concernant le "burn-out" était de savoir "comment on prévenait" ces pathologies psychiques et non leur reconnaissance. Peu avant, l'Assemblée nationale avait rejeté la proposition de loi de La France insoumise pour la reconnaissance comme maladies professionnelles de pathologies psychiques liées au burn out

Lire aussi - Burn out: l'Assemblée rejette une proposition de loi Insoumise

Le gouvernement avait toutefois estimé qu'il était "essentiel de travailler sur la qualité de vie au travail, préoccupation croissante de nos concitoyens" et d'insister sur la mission de "réflexion globale sur la santé au travail" devant déboucher sur un rapport fin avril.

A noter que le burn-out progresse de manière lente et se caractérise pas trois phases: la fatigue psychologique et l'incapacité de retrouver de l'énergie; la dépersonnalisation; et la perte du sentiment d'accomplissement personnel.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Muriel Pénicaud a estimé que le burn-out n'était pas "une maladie professionnelle".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-