Une vingtaine de détenus radicalisés vont sortir de prison cette année (Molins)

Une vingtaine de détenus radicalisés vont sortir de prison cette année (Molins)

Publié le 29/05/2018 à 14:28 - Mise à jour à 14:43
© Bertrand GUAY / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une quarantaine de détenus radicalisés s’apprêtent à sortir de prison cette année et l’an prochain a fait savoir François Molins sur BFMTV lundi. Le procureur de la République de Paris y voit "un risque majeur".

Le risque est évoqué depuis quelques mois par les spécialistes des djihadistes français. François Molins, procureur de la République de Paris, a mis en garde lundi 29 sur BFMTV sur le risque que représentent les détenus radicalisés qui vont sortir prochainement de prison après avoir exécuté leur peine.

Selon le magistrat, ils seraient ainsi une vingtaine a sortir de détention en 2018 et le même nombre en 2019. Ces derniers représentent "un risque majeur qui est celui de voir sortir de prison à l'issue de leur peine des gens qui ne sont pas du tout repentis, qui risquent même d'être encore plus endurcis compte-tenu de leur séjour en prison".

Lire aussi - Evaluer la radicalisation: visite dans l'une des prisons les plus sécurisées de France

Ces sorties de prison qui peuvent paraître précoces au regard de l'ampleur de la menace terroriste sont conditionnées au fait que les infractions liées au terrorisme étaient considérées comme des délits, passibles de dix ans, avant 2016. Elles sont désormais qualifiées de crimes, donc passibles de vingt ou trente ans de prison. Mais les lois instaurant des peines plus lourdes ne sont pas rétroactives en matière pénale. 

Actuellement, plus de 1.200 personnes radicalisées sont écrouées pour des faits de droit commun et plus de 500 sont en prison pour terrorisme. "Le milieu pénitentiaire fait un peu office d’incubateur dans la mesure où il y a une interaction" entre ces deux types de détenus, selon le magistrat.

"Il faudra qu’on se parle beaucoup plus pour s’assurer qu’ils sont surveillés comme il faut, donc cela nécessite un travail de fond (entre) l’administration pénitentiaire, les services de renseignement, les préfectures, les acteurs judiciaires et le parquet", a précisé François Molins.

Le procureur de Paris a évoqué une menace "principalement endogène. C'est-à-dire qu'elle vient essentiellement de l'intérieur de notre pays, l'intérieur de notre territoire", car la France aurait dans son sein un "vivier de frustrés du jihad irako-syrien qui sont restés chez nous, partisans de l'État islamique".

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Molins met en garde sur les remises en liberté d'une quarantaine de détenus radicalisés en 2018 et 2019.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-