Viols d'enfants en Centrafrique: le ministère déclassifie l'enquête interne de l'armée

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Viols d'enfants en Centrafrique: le ministère déclassifie l'enquête interne de l'armée

Publié le 03/06/2015 à 19:32 - Mise à jour à 19:40
©Benoît Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a donné son accord à la déclassification de l'enquête interne de l'armée sur les accusations de viols d'enfants par des militaires français.

Le ministère de la Défense a donné son assentiment pour le déclassement de l'enquête interne de l'armée française portant sur des viols présumés que des militaires auraient perpétrés sur des enfants centrafricains au cours de l'opération "Sangaris". Jean-Yves Le Drian, a "répondu favorablement à la demande de la justice", après un "avis favorable" de la Commission consultative du secret de la Défense nationale, a annoncé l'entourage du ministre, ce mercredi.

Selon une source judiciaire, 14 militaires français ont été mis en cause, dont trois sont identifiés par les témoignages de six enfants de 9 à 13 ans qui auraient reconnu des tatouages et des surnoms. Ces derniers dénoncent des faits commis sur eux entre fin 2013 et fin mai-début juin 2014 sur la base militaire française proche de l'aéroport de Bangui (capitale de la Centrafrique), au début de l'opération française "Sangaris" en Centrafrique. A l'heure actuelle, aucun des militaires incriminés ni aucune victime n'ont encore été entendus par la justice française malgré une enquête de la gendarmerie prévôtale (la police judiciaire militaire) et de la section de recherches de la gendarmerie de Paris effectuée à Bangui en août 2014.

Ces accusations de viols avaient été transmises par l’ONU au ministre français de la Défense en juillet 2014. Celui-ci avait alors saisi la justice et lancé une enquête interne pour vérifier s’il y avait eu dysfonctionnement de la chaîne de commandement. Suite à la divulgation de l'affaire dans le quotidien britannique The Guardian le 29 avril dernier, le parquet de Paris avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire le 7 mai. François Hollande avait quant à lui promis d’être "implacable", expliquant qu'il en allait de l'honneur de l'armée française.

 

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Yves Le Drian a autorisé la levée du secret défense sur l'affaire des viols de mineurs en Centrafrique par des soldats français.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-