Commission européenne : Fiona Scott Morton est remontée contre la France

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 30 août 2023 - 19:50
Image
TP Loi et Politique
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

DÉPÊCHE — Alors qu'elle devait prendre la tête de la Direction générale de la concurrence européenne, l'Américaine Fiona Scott Morton a été évincée du poste en juillet dernier, faute d'avoir obtenu la confiance des chefs de partis européens. Depuis, elle est particulièrement remontée contre la France, et le fait savoir.

Avalisée par Ursula von der Leyen elle-même, elle avait tout pour accéder au poste. Sauf que cette nomination a créé l'émoi au Parlement européen, notamment parce que Fiona Scott Morton est une Américaine tout droit sortie des GAFAM. Difficile, donc, de prétendre pouvoir gérer les affaires de concurrence sans conflits d'intérêts.

Après une semaine de polémiques, et à cause de la pression mise par les chefs de partis, elle avait elle-même renoncé à sa prise de poste : "Étant donné la controverse politique provoquée par la sélection d'une non Européenne pour occuper ce poste et l'importance pour la direction générale (de la Concurrence) d'avoir le plein soutien de l'Union européenne (...), j'ai estimé que la meilleure chose était pour moi de me retirer".

Apparemment, la pilule n'est pas encore passée pour autant. Comme le rapporte Le Figaro, l'économiste s'est confiée au Telegraph le lundi 28 août. Si elle mentionne généralement toutes les autorités qui se sont prononcées contre sa nomination, elle cible plus particulièrement la France : "Il est dérangeant, et triste, que la société française soit si peu sûre d'elle, qu'elle rejette l'idée qu'il puisse y avoir un Américain mû par des principes qui veuille travailler pour l'Europe." Emmanuel Macron avait personnellement fait part de ses doutes quant à cette prise de poste.

"Si la France et le président français sont si inquiets qu’un Américain prenne ce poste, alors je pense qu’il aurait été difficile de bien faire ce travail, car il aurait été marqué par des querelles politiques et bureaucratiques", partage Fiona Scott Morton.

Selon elle, ses précédentes missions en tant que consultante lui auraient pourtant permis de montrer des "connaissances pratiques". "[Macron] sait probablement que c’est, en général, une mauvaise manière de sélectionner ses talents", argue-t-elle en assurant qu'elle a été écartée pour de mauvaises raisons.

Fiona Scott Morton va plus loin : "Il y a des gens, au sein de l’administration européenne, qui sont prêts à faire passer leurs propres désirs avant le bien-être du peuple".

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.