Israël approuve finalement la quatrième dose pour "les plus vulnérables"

Israël approuve finalement la quatrième dose pour "les plus vulnérables"

Publié le 31/12/2021 à 16:42
JACK GUEZ/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Il y a une semaine, Israël annonçait le lancement de la quatrième dose de vaccin. Hier, nous rapportions la décision de l’État hébreu de suspendre cette campagne. 24 heures plus tard, nouveau revirement : le gouvernement israélien est revenu sur son choix lors d’une conférence de presse ce jeudi.

Une quatrième dose à destination des plus vulnérables… pour commencer

Après autorisation puis suspension subséquente, le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Nahman Ash, vient d’annoncer lors d’une conférence de presse ce jeudi qu’une quatrième dose serait finalement inoculée aux personnes avec un système immunitaire fragile, rapporte CBS News. « Nous continuerons à suivre les données quotidiennement et nous verrons si nous devons élargir cette recommandation à une plus grande partie de la population », a-t-il déclaré.

« Israël montrera la voie en administrant un quatrième vaccin (dose) au peuple israélien », s'est réjoui le Premier ministre Naftali Bennett dans un communiqué. « La stratégie d'Israël pour vaincre l'Omicron est claire : plus la vague est grande, plus la protection dont nous aurons besoin pour la surmonter est grande. »

Environ deux tiers de la population israélienne de 9,2 millions d’habitants a reçu au moins une dose de vaccin et près de 4,2 millions d’Israéliens au moins trois, d’après les derniers chiffres du ministère de la Santé.

Ce même jeudi, Israël a reçu une première cargaison de pilules anti-Covid produites par Pfizer. Il s’agit du premier pays à recevoir le médicament Paxlovid censé traiter les symptômes sévères du Covid.

Une quatrième injection qui suscite le débat

Inquiètes qu’un trop grand nombre d’injections puissent affaiblir la capacité du système immunitaire à lutter contre le coronavirus, des voix scientifiques dans l’État hébreu s’étaient élevées pour faire part de leur inquiétude. « Aucune étude clinique solide ne justifie cette mesure à ce stade », avançaient-ils. « Le fait que nous ayons été les premiers à administrer un troisième vaccin ne signifie pas qu'un quatrième est nécessaire sans fondement scientifique », avait expliqué le Dr Dror Mevorah, du Centre médical de l'Université Hadassah.

C’est pourquoi, malgré la pression d’experts israéliens qui jugeaient qu’il était impossible d’attendre à cause de l’urgence de la situation, Nahman Ash avait initialement pris la décision d’attendre des résultats d’études, avant de donner son feu vert au lancement d’une quatrième campagne vaccinale. Une étude, dont les premiers résultats devaient être fournis d'ici à quinze jours, venait d’être lancée au sein de l’hôpital Sheba sur un panel de 150 soignants.

En outre, la relative innocuité du variant Omicron, attestée par plusieurs études rapportées par Les Echos, avait suscité l’espoir qu’il puisse constituer le point final à l’évolution de la pandémie grâce à une contagion de masse débouchant sur une immunité collective. Aussi, le professeur Eran Segal, biologiste informatique de l'Institut Weizmann, estimait que « le grand nombre de personnes infectées par Omicron, attendu en Israël et dans le monde, peut augmenter considérablement le niveau d'immunité de l'ensemble de la population et aider à éradiquer Delta et certains autres variants. »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L’administration d’une quatrième dose est lancée.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-