"Il y a quelque chose qui ne colle pas" : le pavé dans la mare du Pr Peter Doshi

"Il y a quelque chose qui ne colle pas" : le pavé dans la mare du Pr Peter Doshi

Publié le 09/11/2021 à 10:22 - Mise à jour le 13/11/2021 à 07:48
Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La semaine dernière, le sénateur républicain du Wisconsin, Ron Johnson, a réuni un panel d’une dizaine d’experts pour évoquer les conséquences désastreuses de la politique vaccinale du gouvernement fédéral des États-Unis. "En cette période de cancel culture, dire la vérité peut se payer au prix fort. C’est pour ça que je tiens vraiment à vous remercier tous pour votre présence ici", a salué l’organisateur.

Parmi les différentes interventions, l’une a particulièrement retenu l’attention : celle de Peter Doshi. "Je suis attristé que notre société soit inondée par le ‘tout le monde sait’. Cela a banni la curiosité intellectuelle et a mené à l’autocensure", s’est désolé ce professeur de pharmacie à l’Université du Maryland, également "senior editor" du British Medical Journal, la prestigieuse revue qui a récemment dévoilé le "PfizerGate".

Première assertion brocardée par le scientifique : celle disant qu’il n’y a que les non-vaccinés qui décèdent du Covid-19. "Alors comment expliquer que la plupart des hospitalisations et décès du Covid au Royaume-Uni frappent des personnes entièrement vaccinées ? Il y a quelque chose qui ne colle pas."

Autre fausse certitude : les essais cliniques ont démontré que les vaccins sauvent des vies. "Or, aujourd’hui nous disposons de plus de données, et il apparaît que les chiffres de décès sont similaires entre le groupe vacciné et le groupe placebo."

Changement de définition

Peter Doshi a ensuite remis en cause la définition du terme "anti-vax". "Le dictionnaire Merriam-Webster définit [l’anti-vax] comme quelqu’un qui s’oppose à l’utilisation des vaccins ou… à des lois imposant la vaccination. Je ne suis pas surpris par la première partie de la définition. Mais la seconde partie m’étonne. Nombre d’États n’imposent pas la vaccination, comme le Royaume-Uni ou le Japon. Et ces deux pays atteignent un haut niveau de vaccination."

Le professeur de pharmacie a conclu sa brève intervention en contestant l’utilisation du terme vaccin pour les produits ARNm. "Je trouve d’ailleurs fascinant que le dictionnaire Merriam-Webster ait changé sa définition du mot vaccin au début de l’année afin d’y inclure les produits ARNm." Par conséquent : "Que penseriez-vous de l’obligation des vaccins Covid si on ne les appelait pas ‘vaccins’. Qu’en serait-il si ces injections étaient appelées ‘médicaments’." Et de conclure : "Ce n’est pas parce qu’on les appelle ‘vaccins’ que ces nouveaux produits sont semblables aux autres vaccins obligatoires pour les enfants. […] Je crois qu’il est temps d’injecter un peu d’esprit critique dans ce débat."

L'intégralité de l'intervention du professeur Peter Doshi : [traduction et sous-titrage français : Slimane Dridi]

Mise à jour 13 novembre après suppression de la vidéo par YouTube

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ce n’est pas parce qu’on les appelle ‘vaccins’ que ces nouveaux produits sont semblables aux autres vaccins obligatoires pour les enfants."

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-