Sanchez et Macron ont signé un traité historique entre la France et l'Espagne

Auteur(s)
Anaïs Bertrand, pour FranceSoir
Publié le 27 janvier 2023 - 16:05
Image
Sanchez Macron
Crédits
Anaïs Bertrand, pour FranceSoir
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et le président de la République française Emmanuel Macron
Anaïs Bertrand, pour FranceSoir

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, et le président français, Emmanuel Macron, ont signé jeudi 19 janvier à Barcelone un traité d'amitié entre leurs pays respectifs qui n'existait pas jusqu'à présent. Les deux chefs d'États ont souligné le caractère "historique" du moment et ont voulu mettre en avant, entre autres, l'importance de l'accord en matière de défense, de marché de l'électricité, de transport ferroviaire, de technologies vertes et d'investissements étrangers.

Barcelone a été le lieu choisi pour ce 27ᵉ sommet entre l'Espagne et la France, auquel ont participé près de vingt ministres des deux délégations. L'accord prévoit que les deux pays tiendront un sommet bilatéral annuel et qu'ils seront invités au Conseil des ministres du pays ami au moins une fois tous les trois mois et de manière rotative. Des groupes de travail seront également mis en place sur les questions de migration et de défense, et un forum économique et commercial bilatéral annuel sera organisé. Les deux pays s'engagent également à promouvoir les échanges culturels et éducatifs et à se consulter régulièrement avant les grandes décisions européennes sur les questions d'intérêt commun.

Sanchez accepte de créer des unités de contrôle des migrations pour rouvrir les postes frontières

Les passages pyrénéens fermés par la France depuis la pandémie sont un des principaux sujets du sommet hispano-français qui s'est tenu ce jeudi à Barcelone, auquel les deux délégations sont arrivées avec des positions opposées. Le gouvernement français résiste à la réouverture, en raison de sa stratégie de contrôle des migrations, tandis que la délégation espagnole s'est rendue à la réunion sans grand optimisme, avec le message suivant : "Nous continuerons à insister pour qu'elles soient rouvertes dès que possible". Actuellement, huit points de passage restent complètement fermés, mais la situation pourrait commencer à changer. Macron avait préparé la réouverture partielle avec la création de patrouilles mixtes de contrôle aux frontières.

Toutefois, comme l'a expliqué Sanchez lors de la conférence de presse conjointe avec Macron après la signature du traité de Barcelone, un groupe de travail sera d'abord mis en place pour évaluer son développement. Cette question a été discutée entre le ministre de l'Intérieur Fernando Grande-Marlaska et son homologue français, Gérald Darmanin. Le document ratifié par les deux ministres parle de promouvoir les échanges de personnel et la formation conjointe de haut niveau afin de "mieux comprendre la nature évolutive des menaces pour la sécurité publique et de répondre plus efficacement aux risques et aux crises qui peuvent menacer les intérêts fondamentaux et la sécurité des deux pays".

L'Institut des hautes études du ministère de l'Intérieur de la République française (IHEMI) participera à l'organisation annuelle en Espagne de sessions de formations destinées aux spécialistes des services de police et des administrations espagnoles. Des questions d'intérêts mutuels, telles que la gestion des crises et la lutte contre les formes graves de criminalité, seront abordées. Parmi les objectifs prévus, le ministre espagnol a mis en avant la lutte contre le terrorisme, la radicalisation, le crime organisé et la grande criminalité. Des mesures seront également prises concernant les "défis communs" dans l'UE, telles que la protection civile et la sécurité routière, et l'échange d'informations policières sera encouragé.

Renforcement des interconnexions énergétiques et engagement en faveur du gazoduc H2MED

Dans le chapitre énergétique - une question cruciale depuis la guerre en Ukraine – l'Espagne et la France s'engagent à "poursuivre le développement des interconnexions entre les deux pays afin d'atteindre les objectifs fixés par l'Union européenne, en privilégiant le domaine énergétique" mais en faisant des interconnexions de transport et de télécommunications l'objet d'"échanges prioritaires".

L'Espagne et la France ont réaffirmé leur ferme engagement en faveur de la coopération en matière énergétique, en accordant une attention particulière à la réforme en cours du marché de l'électricité de l'Union européenne et à la promotion des interconnexions entre les deux pays, afin d'accroître la résilience et la sécurité de l'approvisionnement. Les deux pays travailleront sur leurs propositions de réforme du marché européen de l'électricité afin qu'elles convergent vers une position commune dans le but d'approuver le nouveau modèle d'ici à 2023. Ils étudieront également la construction d'une nouvelle ligne électrique entre les deux pays, en tirant parti du tracé sous-marin du gazoduc H2med entre Barcelone et Marseille.

La France et l'Espagne ont convenu de la nécessité d'accélérer les procédures relatives aux projets d'interconnexion électrique transpyrénéenne, y compris le projet de corridor sous-marin à travers le golfe de Gascogne, ainsi que le projet H2med visant à fournir de l'hydrogène vert au reste du continent européen, convaincues que ces infrastructures renforceront la sécurité d'approvisionnement des 27 pays européens et faciliteront la réalisation des objectifs de décarbonation de l'UE.

En outre, les deux pays étudieront la possibilité d'une nouvelle interconnexion électrique en profitant de l'infrastructure H2med sur le tronçon qui reliera Barcelone à Marseille.

Manifestation indépendantiste contre le sommet franco-espagnol

Environ 6 500 personnes, selon la Guàrdia Urbana de Barcelone (police espagnole) et 30 000 selon les organisateurs, ont répondu à l'appel des principales associations et partis indépendantistes pour manifester leur mécontentement. Par ce geste, le mouvement indépendantiste a voulu envoyer un message à Pedro Sanchez pour lui assurer que le conflit politique n'est pas terminé et que l'organisation du sommet franco-espagnol à Barcelone est considérée comme une provocation et une humiliation pour la Catalogne. Surtout ces derniers mois, après l'approbation de la réforme du Code pénal, l'exécutif espagnol a assuré à de multiples reprises que le procès est terminé ou que "la tension" existant entre la Catalogne et l'État espagnol en 2017 "appartient au passé".

Parés de drapeaux et de sifflets, les manifestants ont protesté contre le sommet aux cris de "Ni France ni Espagne, Pays catalans" et "Puigdemont, notre président". Certains manifestants portaient également des gilets jaunes, en clin d'œil aux manifestations en France. Un cortège d'environ 2 500 personnes s'est rendu au consulat français après le rassemblement. À ce moment-là, les sifflements entendus lors de l'arrivée de Pedro Sánchez et d'Emmanuel Macron au Musée National d'Art de Catalogne ont été reproduits. Parmi les proclamations, on retiendra : "Les rues seront toujours les nôtres", "ni oubli, ni pardon", "ni Sánchez, ni Macron, Puigdemont".

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a comparé la manifestation des indépendantistes à Barcelone contre le sommet à celle de samedi dernier à Madrid contre son gouvernement, et a signalé que la "grande majorité" de la population se situe entre les deux, au milieu. L'ancien président de la Generalitat, Carles Puigdemont, exilé à Bruxelles après avoir organisé illégalement le référendum de 2017, a assuré dans un message Twitter rapporté par Europa Press que le mouvement indépendantiste a donné "un coup d'autorité et de fermeté jeudi avec la protestation au sommet hispano-français".

Incident lors de la visite de Macron au lycée français

Après sa rencontre avec Pedro Sanchez, Emmanuel Macron a été convié à la communauté française de Barcelone pour assister à son discours au lycée français. Le président en a profité pour rendre hommage à la French Tech et aux entrepreneurs français, startups et grandes entreprises dont la moitié se situent à Barcelone.

Quelques mots ont également été prononcés concernant l'effervescence de la culture française dans la capitale catalane grâce à l'Institut français où se déroulent de nombreux évènements dédiés au théâtre ou encore au cinéma. Emmanuel Macron évoque aussi l'Ukraine pour laquelle ils souhaitent "une paix durable".

L'auditoire trié sur le volet avec 400 expatriés sélectionnés par l'Élysée a été perturbé par l'intervention d'un jeune homme voulant rappeler au chef de l'État la manifestation qui a eu lieu à Paris le même jour avec un T-shirt portant le slogan "non à la réforme des retraites". Ce dernier a été expulsé de la salle par la sécurité et les convives ont ensuite pu déguster un buffet préparé par le chef étoilé français Romain Fornell.

À LIRE AUSSI

Image
Homme hospitalisé
Hausse des décès en Espagne
Au cours du dernier semestre, l'Espagne a enregistré un grand nombre de décès. Le ministère de la Santé a récemment reconnu les faits, mais ne peut en expliquer les ra...
28 novembre 2022 - 16:30
Société
Image
BarMar
BarMar : le nouveau couloir énergétique entre la France et l'Espagne verra-t-il le jour ?
Le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez et le Premier ministre portugais, António Costa, ont réussi à vaincre les réticences d'Emmanuel Macron en "abandonn...
03 novembre 2022 - 13:45
Politique
Image
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez lors d'une conférence de presse, le 27 décembre 2022, à
Le gouvernement espagnol veut freiner l'inflation dans le secteur alimentaire
Le gouvernement de gauche espagnol a annoncé mardi une série de mesures pour aider les plus modestes, destinées à atténuer l'impact de l'inflation dans le secteur alim...
27 décembre 2022 - 18:44

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.