Dans le détroit de Gibraltar, des bousculades inexpliquées entre orques et voiliers

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 28 juillet 2023 - 12:55
Image
Orque
Crédits
Pixabay
Pixabay

DÉPÊCHE — Voilà trois ans que les "attaques" d'orques se multiplient au large du détroit de Gibraltar, menaçant les voiliers qui s'aventurent en mer. Si certains y voient une "revanche" de la famille Gladis, d'autres scientifiques considèrent qu'ils ne font que "jouer". Le phénomène reste inexpliqué.

En 2020, une orque femelle appelée White Gladis aurait été heurtée par un navire, ou empêtrée dans un filet de pêche, alors qu’elle était gestante. Depuis, plus de 500 "interactions" entre des orques et des voiliers ont ainsi été recensées par le Groupe de travail sur les orques de l’Atlantique. Dans 50 % des cas, les navires subissent des dommages (généralement à la barre), et les marins sont parfois contraints de rentrer sur la terre ferme pour payer des réparations coûteuses.

C'est l'incident de 2020 qui aurait rendu la matriarche agressive envers les voiliers, et ce comportement se serait petit à petit propagé à d’autres d’orques. C'est en tout cas l'hypothèse majoritairement présentée par les médias.

Néanmoins, ce n'est pas l'unique piste étudiée. "Pour une orque qui fait huit mètres et cinq tonnes, jouer avec un bateau, c’est comme pour nous jouer avec un chat. Pour les humains, ça apparaît comme une agression, mais pour les orques, c’est un simple jeu", explique l'océanographe François Sarano. Le biologiste Alfredo López, quant à lui, souligne que ces incidents restent "rares et étranges". Il ne faudrait donc pas tirer de conclusions hâtives.

Certains médias sont justement épinglés par les associations pour leur traitement de l'information trop cavalier. Hier, Sea Shepherd France interpellait BFM TV sur Twitter : "Vous avez une responsabilité dans les termes employés." Elle explique : "La thèse de la vengeance n’a jamais été validée scientifiquement et l’hypothèse bien plus plausible est qu’elles trouvent un attrait ludique au safran des bateaux. C’est moins vendeur qu’un remake des Dents de la mer, c’est certain, et pourtant c’est bien plus réaliste." L'association rappelle aussi que "la population d’orques du détroit de Gibraltar est en danger critique d’extinction et compte seulement une soixantaine d’individus."

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
19/07 à 17:30
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.