Les apiculteurs inquiets après l'autorisation de deux insecticides contenant "un nouveau néonicotinoïde"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Les apiculteurs inquiets après l'autorisation de deux insecticides contenant "un nouveau néonicotinoïde"

Publié le 20/10/2017 à 11:15 - Mise à jour à 11:29
©Wikimedia Commons/ @ForestWander
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les apiculteurs français sont inquiets et l'ont fait savoir jeudi. Deux nouveaux insecticides ont été autorisés par l'Anses et selon les producteurs de miel, qui voient leurs productions baisser d'année en année, ils contiennent "un nouveau néonicotinoïde" tueur d'abeilles.

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a autorisé à la fin du mois de septembre deux nouveaux insecticides, le Closer et le Transform. Cette décision a provoqué l'inquiétude et la grogne des apiculteurs qui ont dénoncé la présence, dans ces produits, "d'un nouveau néonicotinoïde" jeudi 19.

Dans un communiqué, l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) a protesté contre l'autorisation de ces deux nouveaux insecticides de l'entreprise Dow AgroSciences. Le principe actif de ces produits est le sulfoxaflor (le fameux néonicotinoïde qu'attaquent les apiculteurs) qui "appartient à une nouvelle famille chimique, les sulfoximines, qui est différente de celles des néonicotinoïdes", selon la firme.

Ce n'est cependant pas du tout l'avis de l'Unaf: "on va remplacer les néonicotinoïdes qu'on va supprimer par un nouveau néonicotinoïde" a alerté le président du syndicat Gilles Lanio, lors d'une conférence de presse jeudi, en ajoutant que le sulfoxaflor avait "le même mode d'action" que les substances interdites.

"Une fois absorbée par la plante, (la molécule) circule dans son système vasculaire jusque dans les parties florales, et donc le pollen et le nectar" et elle est accusée de tuer les abeilles.

Aux Etats-Unis, le sulfoxaflor a été classé comme néonicotinoïde mais pas en France où le ministère de l'Agriculture s'y refuse bien qu'il admette qu'il "agit pareil".

Pour rappel, ces pesticides dits "tueurs d'abeilles" vont être interdits en France à partir du 1er septembre 2018. Pour l'Unaf, ils sont la cause des récoltes "catastrophiques" des apiculteurs. En 2016, moins de 10.000 tonnes de miel avaient été produites et le syndicat ne prévoyait pas d'amélioration pour 2017.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les néonicotinoïdes "empoisonnent" les fleurs et tuent les abeilles.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-