Paris: la capitale lance une grande bataille pour renvoyer les rats qui pullulent dans les égouts

Paris: la capitale lance une grande bataille pour renvoyer les rats qui pullulent dans les égouts

Publié le 08/12/2016 à 16:17 - Mise à jour à 16:22
©Nguyen Huy Kham/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Paris doit faire face à un nombre incontrôlé de rats. la ville a décidé de répondre en employant la manière forte et en lançant une vaste campagne de dératisation.

Paris déclare la guerre aux rats. La  capitale, visiblement excédée par la forte population de rongeurs indésirables qui hantent ses rues, ses parcs, voire ses immeubles, a décidé de réagir. Et d’employer la manière forte.

Les équipes de dératisation municipale ont en effet lancé une série d’opérations visant à réduire drastiquement la population de ces nuisibles. Depuis le 22 novembre, deux parcs (le square Cambronne et le square Graibaldi, tous les deux dans le XVe arrondissement) sont fermés et une dizaine d’autres vont l’être prochainement (dans les IVe, Xe et XIe arrondissement), pour au moins deux semaines, pour chasser les rongeurs indésirables. Point d'orgue de cette chasse: le Champ de Mars sera lui aussi "traité" pour y déloger les rats qui y pullulent.

La ville de Paris a déjà laissé entendre que l’éradication complète des rats est impossible, mais l’opération a pour but d’en baisser drastiquement la présence, dont rien ne semble arrêter la croissance. La stratégie municipale n’est d’ailleurs pas de détruire tous les rats, mais seulement de s’attaquer à ceux qui sortent des égouts. Le plan d’action décidé: rebouchage des terriers, et pièges mortels pour les rongeurs les plus téméraires qui aventureront hors du cloaque.

Mais même l’action la plus volontariste du monde se heurtera, sur la question des rats, au pire ennemi des villes: le manque d’hygiène, qui encourage la prolifération du rongeur. La municipalité envisage donc de revoir les heures de passage de ses éboueurs pour minimiser le temps que les ordures passent en plein air, et lancera une campagne de communication à destination des Parisiens et des touristes pour qu’ils ne nourrissent pas les pigeons –un autre fléau urbain– une pratique qui profite également aux rongeurs.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ville veut renvoyer les rats dans les égouts.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-