Tchernobyl: 30 ans après la catastrophe nucléaire

Tchernobyl: 30 ans après la catastrophe nucléaire

Publié le 26/04/2016 à 11:21 - Mise à jour à 11:30
©STR/AP/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ce mardi marque le trentième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Un accident dont le nombre de victimes est encore aujourd'hui l'objet de débats, et qui mobilise encore la communauté internationale afin de sécuriser le site de l'ancienne centrale nucléaire.

Il y a exactement 30 ans, le 26 avril 1986, à 1h23, le réacteur numéro-4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine, alors au sein de l'URSS) explosait lors d'un test de sécurité, provoquant l'une des plus importantes catastrophes nucléaire de l'Histoire, et une controverse du même ordre.

Car dès les premiers jours et aujourd'hui encore, le débat sur les conséquences de l'explosion et des projections radioactives qui suivirent fait encore débat. Les différents rapports de l'ONU et d'ONG ont établi un bilan humain allant de 4.000 à 100.000 morts, victimes des radiations.

En cette fin de guerre froide, Moscou tentera d'abord de cacher l'évènement, mais les mesures de radioactivité effectuées dans les pays scandinaves en révèleront l'ampleur. Très vite, plusieurs pays d'Europe prendront des mesures de prévention en interdisant la vente des légumes à feuilles (salades, épinards) ou du lait frais.

En France, le gouvernement de l'époque se veut rassurant en affirmant d'abord que le nuage n'a pas touché l'hexagone et que les populations ne courent aucun risque. Cette absence de mise en place du principe de précaution, les couacs de communication associés à la paranoïa ambiante alimentent encore un débat sur la gestion des risques à l'époque.

Mais la catastrophe de Tchernobyl restera aussi celle des 600.000 "liquidateurs". Pendant quatre ans, ces Soviétiques seront envoyés éteindre l'incendie, déblayer le site et construire une chape de béton autour du réacteur, avec des protections largement insuffisantes, voire aucune.

Ce "sarcophage" construit dans l'urgence menace aujourd'hui de céder. Quelque 200 tonnes de matériaux hautement radioactifs pourraient alors être exposées à l'air libre. Un nouveau dôme de protection, financé par la communauté internationale, doit être mis en place fin 2017.

A Slavoutitch, ville construite à une cinquantaine de kilomètres de Tchernobyl pour héberger les employés du site, des habitants sont venus comme chaque année déposer fleurs et bougies sur le monument aux victimes de la catastrophe. Le chef de l'Etat ukrainien Petro Porochenko doit quant à lui se rendre à la centrale pour y déposer une gerbe.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La centrale nucléaire de Tchernobyl, photographiée trois jours après l'explosion du réacteur numéro-4 le 26 avril 1986.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-