Attentat de Nice: la France s'est recueillie pendant la minute de silence

Attentat de Nice: la France s'est recueillie pendant la minute de silence

Publié le 18/07/2016 à 15:54 - Mise à jour à 15:56
©Valery Hache/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pendant une minute, ce lundi à midi, les Français ont rendu hommage aux victimes de l'attentat perpétré le soir du 14 juillet à Nice. Le premier ministre, Manuel Valls et la ministre de la santé, Marisol Touraine, se trouvaient sur la Promenade des Anglais.

La France, en deuil national, s'est figée ce lundi 18 midi pour une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat sanglant du 14 juillet à Nice, répit très relatif dans la vive polémique qui vise la politique antiterroriste du gouvernement. Signe de l'émotion mêlée de tension régnant dans le pays, le cortège rassemblant Manuel Valls et les autres membres du gouvernement l'accompagnant à Nice a été hué à son arrivée, puis à son départ de la Promenade des Anglais, sous des cris "Assassins!", "Démission!".

A contrario, les membres des forces de l'ordre et des secours ont été longuement et chaleureusement applaudis sur la célèbre avenue de la côte d'Azur, où 84 personnes ont été tuées et plus de 300 blessées lors de la fête nationale jeudi, fauchées par le Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel au volant d'un camion. Des moyens supplémentaires avaient été mobilisés pour assurer la sécurité sur la promenade baignée de soleil, où se sont pressées des milliers de personnes.

Avant ce moment de recueillement marquant le troisième et dernier jour de deuil national, que François Hollande a observé au ministère de l'Intérieur, le chef de l'Etat a présidé un troisième Conseil de défense et de sécurité à l'Elysée depuis l'attentat. Il a invoqué une "obligation de dignité et de vérité" dans la "parole publique", en réponse aux attaques de l'opposition. "Tout ce qui aurait dû être fait depuis 18 mois" et les attentats de janvier puis de novembre 2015 "ne l'a pas été", a ainsi déclaré dimanche soir l'ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy. La présidente du Front national, Marine Le Pen, avait dénoncé samedi les "carences gravissimes de l'Etat" dans la protection des Français. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve l'a accusée de tendre "la main à la division" voulue par les djihadistes.

"Le moment viendra où il faudra dire ce qui a été fait depuis plusieurs années pour assurer la sécurité de la France et ce qui a été défait pour mener cette même politique de sécurité", a dit pour sa part le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, allusion aux milliers de suppressions de postes de gendarmes et policiers sous la droite. Les Français semblent toutefois douter de la capacité de l'exécutif à contrer la menace. Dans un sondage paru lundi dans Le Figaro, seulement 33% de personnes interrogées font confiance à François Hollande et au gouvernement pour lutter contre le terrorisme.

L'enquête, elle, progresse, mais les liens entre le chauffeur-livreur de 31 ans et "les réseaux terroristes", notamment le groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui a revendiqué l'attaque, "pour l'instant ne sont pas établis", a relevé Bernard Cazeneuve. "Le mode opératoire", a-t-il toutefois ajouté, "emprunte totalement à ce que sont les messages" de l'EI, qui avait aussi revendiqué les attentats du 13 novembre, les plus meurtriers jamais commis en France avec 130 morts. Le procureur de Paris, François Molins, à la tête du parquet antiterroriste saisi de l'enquête, fera un point très attendu à 16h30 sur les avancées des investigations.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une minute de silence a été observée ce lundi midi dans toute la France.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-