Attentat de Nice: l'ancien secrétaire général d'une association de victime condamné pour escroquerie

Attentat de Nice: l'ancien secrétaire général d'une association de victime condamné pour escroquerie

Publié le 11/10/2017 à 20:12 - Mise à jour à 20:16
© Valery HACHE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'ancien secrétaire général de Promenade des Anges, association de défense des victimes de l'attentat de Nice, a été condamné à un an de prison ce mercredi. Il avait utilisé l'argent de l'association pour régler ses propres frais. Son avocat a annoncé faire appel.

Vincent Delhomel, ancien porte-parole et secrétaire général de Promenade des Anges, association de défense des victimes de l'attentat de Nice, a été condamné ce mercredi 11 à un an de prison ferme et six mois avec sursis pour escroquerie et abus de confiance.

L'homme comparaissait pour avoir détourné des fonds récoltés par l'association à des fins personnelles, notamment 7.300 euros obtenu lors d'une course caritative, et plus de 1.000 euros de notes de frais indues. Outre des voyages, notes de restaurants et de cafés, il lui été reproché d'avoir utilisé cet argent pour payer son loyer.

Il s'est défendu en expliquant avoir voyagé ou déjeuné avec les victimes de l'attentat du 14 juillet 2016, assurant que ces fonds avaient donc bien servi la cause de l'association et "le bien des victimes". Lui-même reconnu comme une victime de l'attentat de Nice, il souffre de troubles du sommeil et d'agoraphobie, problème qu'il a invoqué notamment pour justifier son incapacité à prendre les transports en commun.

Son avocat a rappelé qu'il avait remboursé les sommes en question à la nouvelle secrétaire de l'association, un repenti tardif pour les magistrats. Face au président du tribunal qui listait les déplacements en taxi ou repas à l'évidence personnels, Vincent Delhomel a reconnu avoir "dérapé", rapporte Libération.

Le procureur avait requis deux ans d’emprisonnement, dont six mois de sursis et mise à l’épreuve avec obligation de travail et de soin pour cet homme fragile psychologiquement. Son avocat a fait part de son intention de faire appel.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Vincent Delhomel compte faire appel de cette décision.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-