Attentat du Thalys: Ayoub el-Khazzani explique "n'avoir pas pu tuer"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Attentat du Thalys: Ayoub el-Khazzani explique "n'avoir pas pu tuer"

Publié le 09/05/2018 à 10:46 - Mise à jour à 11:01
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le terroriste Ayoub el-Khazzani a expliqué au juge d'instruction lors d'une audition qu'il "n'avait pas pu tuer" lors de son attaque dans un Thalys en août 2015. C'est pour cette raison qu'il avait refusé de porter une ceinture d'explosifs.

L'auteur de l'attentat manqué dans un Thalys en août 2015 s'est exprimé face au juge d'instruction en charge du dossier. Ayoub el-Khazzani avait tenté de s'en prendre aux passagers du train, armé d'un fusil d'assaut de type kalachnikov et un pistolet automatique, mais en avait été empêché par l'intervention courageuse et héroïque de plusieurs personnes dont trois citoyens américains.

Face au magistrat, il a livré sa version des faits. "Personnellement, j'ai pas pu tuer. J'avais deux armes avec moi. Intérieurement, j'étais détruit psychiquement, mais à la dernière minute, je n'ai pas pu", a-t-il expliqué au juge selon France Inter.

Lire aussi - Thalys 2015: les juges refusent une reconstitution 

Il a également fait savoir que sa cible principal était les citoyens américains présents dans le Thalys selon des ordres émis depuis la zone irako-syrienne et relayés par Adelhamid Abaoud, leader des commandos terroristes du 13 novembre à Paris. "Il m'a dit que la cible était le Thalys où je devais attaquer des Américains", a confié le djihadiste. "Je me suis dirigé vers les Américains", a-t-il raconté. Et d'ajouter: "A un moment, un Américain, un grand, m'a fixé, il était loin de moi. Je l'ai vu de face et je n'ai pas pu le tuer".  

Il aurait également refusé de porter une ceinture d'explosifs malgré les ordres de son chef: "J'étais contre le fait de massacrer des gens".

Voir - Terrorisme: Ayoub El Khazzani, le djihadiste du Thalys, a déclaré au juge qu'il voulait viser des Américains 

Un discours bien différent de celui qu'il tenait après les faits et son interrogatoire par les services français du contre-terrorisme: "En garde à vue, très honnêtement, j'ai regretté de ne pas avoir tué, après avoir vu tout ce qui se passe en Syrie".

Au côté d'el-Khazzani, quatre hommes sont poursuivis en France dans cette enquête, notamment Bilal Chatra et Redouane Sebbar. Le premier est soupçonné d'avoir joué un rôle d'éclaireur pour el-Khazzani et Abaaoud, sur leur trajet empruntant la route des migrants au retour de Syrie. Le deuxième aurait, lui, participé aux préparatifs de la fusillade dans le train.

Les deux derniers hommes, Mohamed Bakkali et Youssef Siraj, également inculpés dans l'enquête menée par la Belgique, ont été remis à la France en janvier et février: Bakkali apparaît comme un logisticien essentiel de la cellule djihadiste qui a frappé la France et la Belgique en 2015 et 2016, tandis que Siraj est soupçonné d'avoir hébergé el-Khazzani à Bruxelles avant l'attaque du Thalys.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ayoub el-Khazzani a expliqué qu'il avait refusé de "massacrer des gens".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-