Attentats de Paris: le témoignage de Patrick Pelloux

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Attentats de Paris: le témoignage de Patrick Pelloux

Publié le 14/11/2015 à 11:47 - Mise à jour à 11:59
©Capture d'écran iTélé
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Médecin urgentiste et ancien de "Charlie Hebdo", Patrick Pelloux est mobilisé, comme de nombreux membres des services de secours, pour tenter de "sauver un maximum" des victimes des attentats qui ont frappé Paris vendredi. Ce samedi matin, il a témoigné sur France Info.

"C'est un carnage", dit Patrick Pelloux a propos de la vague d'attentats qui a frappé Paris vendredi 13 et fait au moins 127 morts, selon les derniers bilans encore provisoires. Médecin urgentiste, cet ancien de Charlie Hebdo, qui avait été le premier à entrer dans la rédaction massacrée le 7 janvier dernier, a décrit la mobilisation des services médicaux qui "se sont battus toute la nuit" pour "sauver un maximum de victimes", ce samedi 14 sur France Info. "Il y a en a encore qui sont au bloc opératoire", a-t-il révélé.

"C'est un carnage de guerre, une attaque massive. Le hasard a fait que le matin, au SAMU de Paris, avait été organisé un exercice sur des attentats multi-sites, donc on était préparés", a dit Patrick Pelloux ce matin depuis les urgences où il était encore après une nuit à soigner les victimes des attaques meurtrières de la soirée de vendredi 13. "On essaye encore de sauver les plus possible de victimes. Elles ont des blessures de guerre, des blessures par balles, (...) avec des kalachnikovs. Elles ont été tirées de manière lamentable".

"Les chirurgiens, les réanimateurs, les infirmières, les personnels: tout le monde est revenu spontanément dès 21h30-22h. Cela nous a permis d'essayer de sauver le plus de monde possible. On a fait venir des collègues des autres SAMU, par hélicoptère. Nous avons fait venir énormément de moyens parce qu'on ne savait pas où on allait, comment ça allait se passer", a également détaillé le médecin. "Sauver le plus de monde possible, c'est ce qui a compté le plus pour nous".

 

 

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"C'est un carnage de guerre (...) on essaye de sauver le plus possible de victimes", a dit Patrick Pelloux (photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-